Réalisé par : Steven Spielberg
Avec : Jeremy Irvine, Peter Mullan, Emily Watson, Niels Arestrup, Celine Buckens
Sur un scénario de : Richard Curtis et Lee Hall avec une musique de : John Williams
Genre : Drame
Film Américain réalisé en 2011

 

 

Synopsis du film :
De la magnifique campagne anglaise aux contrées d'une Europe plongée en pleine Première Guerre Mondiale, "Cheval de guerre" raconte l'amitié exceptionnelle qui unit un jeune homme, Albert, et le cheval qu'il a dressé, Joey. Séparés aux premières heures du conflit, l'histoire suit l'extraordinaire périple du cheval alors que de son côté Albert va tout faire pour le retrouver. Joey, animal hors du commun, va changer la vie de tous ceux dont il croisera la route : soldats de la cavalerie britannique, combattants allemands, et même un fermier français et sa petite-fille…

 
 

Analyse de film :

Critique analytique :

Ce n'est pas nouveau Steven Spielberg a du talent, beaucoup de talent. Après nous avoir fait pleuré avec un extra-terrestre, voilà qu'il recommence avec un cheval !
Étonnamment, le film n'a pas reçu majoritairement de bonnes critiques. On a pu entendre ici et là que le film s'adresse avant tout aux enfants. Personnellement, je ne suis plus une enfant et je n'ai pas eu le sentiment que le film était destiné à des moins de 18 ans. Les scènes montrant ces jeunes soldats sur le front ou dans les tranchées sont terribles à voir. Le son et la photographie recréent l'ambiance chaotique de la guerre. Ces scènes là sont sans aucun doute moins dures que la réalité mais elles parviennent tout de même à recréer l'horreur de la guerre, et ça ce n'est pas destiné aux enfants. Évidemment, l'amour d'Albert pour Joey, le cheval, est si fort que l'on peut penser qu'il ne peut qu'exister au cinéma ou dans les livres. Mais que serions-nous sans l'amour ? L'amour n'est-il pas le sentiment poussant les hommes à soulever les montagnes ? Vous l'aurez compris, Cheval de guerre est un film bouleversant.

Cheval de guerre

La réalisation de Spielberg est impeccable. Le fanion ramené par le père d'Albert lors de la guerre des Boers permet de traverser le temps. Comme Albert, l'on s'attache naturellement à Joey qui va passer de mains en mains. Cheval du capitaine anglais, il passe dans le camp allemand après la mort du capitaine. Puis, deux jeunes allemands déserteurs s'enfuient avec lui et un autre cheval noir. Retrouvés par la jeune Émilie, ils sont ensuite repris par les allemands qui vont les utiliser pour tirer l'artillerie lourde. Le chemin sera long et difficile pour que Joey et Albert se retrouvent enfin. Joey est un personnage à part entière dans le film. Comme un soldat, il est solidaire de son compagnon de fortune : ce beau cheval à la robe ébène.
De très nombreuses scènes se font écho. Ainsi, tout le temps que Albert passe à apprendre à son cheval à accepter le harnais afin de pouvoir labourer les champs, sauve la vie de l'animal qui n'est pas abattu parce qu'il sait tirer une charrue.
Certaines scènes sont spectaculaires et d'une beauté à couper le souffle. Nous retiendrons notamment la scène de la fuite du cheval à travers le champ de bataille et les tranchées.

Cheval de guerre

Le film peut à première vue sembler un peu manichéen : les anglais et les français sont les gentils et les allemands sont les méchants. En effet, lorsque les deux très jeunes allemands discutent l'on apprend que l'un d'entre eux n'a que 14 ans et qu'il a tout de même été engagé dans l'armée alors que tout le monde sait qu'il n'a pas l'âge d'être soldat. Peu avant, le capitaine anglais avait refusé d'engager Albert qui prétendait avoir 19 ans.
Pourtant, à y regarder de plus près, l'on se rend compte que tout le monde est perdant sur le champ de bataille. Du côté allemand comme du côté anglais, il y a des personnages humains qui refusent de perdre leur humanité sous prétexte que c'est la guerre. Enfin, deux scènes montrent explicitement que le réalisateur ne prend pas parti. Dans un premier temps, l'on voit Albert entrer dans la tranchée de l'ennemi après avoir lancé une grenade. Comme Albert, nous nous rendons compte que l'horreur est également présente dans le camp de l'ennemi. Puis, il y a cette scène où un soldat anglais sort le drapeau blanc afin de venir en aide au cheval blessé. Un soldat allemand lui vient en aide. Durant ce court répit, les soldats redeviennent simplement des êtres humains, poussés par leurs bons sentiments pour sauver un animal pris dans des fils barbelés. Enfin, les références à la guerre des Boers à laquelle a participé le père d'Albert et l'attitude de ce dernier vis à vis de ces exploits pour lesquels il a été honoré, sont une manière explicite de dire que personne n'est vraiment gagnant dans une guerre. Personne n'est du bon côté. Chacun se contente de se battre pour ce qu'il croit être le meilleur. Enfin, le film illustre parfaitement l'avènement du monde moderne. A cet égard, la scène la plus explicite est celle de la première charge contre un camp allemand. Les sabres ne peuvent vaincre les mitrailleuses.

Cheval de guerre

L'on peut évidemment dresser un parallèle entre la manière dont les animaux et les hommes sont traités. Les hommes et les animaux perdent leurs identités respectives et ne sont plus que les instruments de la guerre. La déshumanisation est l'un des thèmes forts du film.
La terre est l'élément dominant du film. En effet, les parents d'Albert dépendent de la terre. Plus tard, l'on voit des soldats allemands venir se servir dans le champ d'un grand-père français. Bref, la terre fait vivre. Mais la terre c'est aussi la boue glacée des tranchées, la boue dans laquelle tombent les jeunes soldats.
Le courage est le thème traversant tout le film. Il se décline de toutes les manières possibles. Il faut avoir du courage pour se mettre face au fusil de son pour sauver son cheval. Il faut avoir du courage pour prouver à son propriétaire que le cheval peut labourer le champ. Il faut du courage pour s'engager et devenir soldat.

Concernant les interprétations, tous les acteurs sont impeccables. Mais le plus impressionnant reste le dressage des chevaux. Bravo aux dresseurs qui ont fait un travail extraordinaire au point de permettre à ces animaux de s'exprimer comme l'aurait fait un excellent acteur !

Cheval de guerre

Adapté du livre de Michael Morpurgo, Cheval de guerre est une vraie réussite mêlant émotion et effroi, et passant d'un genre à l'autre avec une facilité déconcertante.

Erin

 
 
 

Photos du film :