Réalisé par : Alexander Payne
Avec : George Clooney, Shailene Woodley, Amara Miller, Nick Krause
Sur un scénario de : Jim Rash, Nat Faxon et Alexander Payne avec une musique de :
Genre : Drame
Film Américain réalisé en 2012

 

 

Synopsis du film :
A Hawaï, la vie d'une famille bascule. Parce que sa femme vient d'être hospitalisée suite à un accident de bateau, Matt King tente maladroitement de se rapprocher de ses deux filles, Scottie, une gamine de dix ans vive et précoce, et Alexandra, une adolescente rebelle de dix-sept ans. Il se demande aussi s'il doit vendre les terres familiales, les dernières plages tropicales vierges des îles, héritées de ses ancêtres hawaïens. Quand Alexandra lui révèle que sa mère avait une liaison, le monde de Matt vacille. Avec ses deux filles, il part à la recherche de l'amant de sa femme. Durant une semaine essentielle, au fil de rencontres tour à tour drôles, perturbantes et révélatrices, il va finalement prendre conscience que sa principale préoccupation est de reconstruire sa vie et sa famille…

 
 

Analyse de film :

Critique analytique :

La descendance
Adapté du roman Les Descendants de Kaui Hart Hemmings, le film aborde, comme l'indique le titre, le thème de la descendance. Ainsi, Matt King raconte l'histoire de sa famille d'origine hawaïenne. Quel est le poids de l'hérédité ? Que nous lèguent vraiment nos ancêtres ? Ces legs sont-ils une fatalité ? A de nombreuses reprises, ces questions sont ouvertement posées. Ainsi, lorsque Alexandra se rend au chevet de sa mère, elle ne peut s'empêcher de lui dire qu'elle lui ressemble au point d'être comme elle, chose difficile à accepter pour la jeune fille qui sait que sa mère trompait son père.

The Descendants

La famille
A un moment, Matt King prononce une phrase particulièrement significative : "Une famille c'est comme un archipel. Des parties du même tout, mais séparées et seules". Cette image est d'ailleurs parfaitement illustrée dans le film. En effet, à l'annonce de la non-guérison de sa femme, Matt King prend l'avion pour se rendre sur une autre île afin de récupérer sa fille aînée. Au début du film, la famille King est complètement éclatée. Chacun est dans son monde, sur son île. Alexandra en veut à sa mère d'avoir trompé son père. Matt King est partagé entre la colère d'avoir été trompé et entre la douleur de perdre un être aimé. La fille cadette est un peu mise à l'écart afin de ne pas la blesser et vit donc différemment la situation.
La métaphore de l'archipel participe à la décision prise par Matt King à la fin du film. Son refus de vendre ses terres héritées de ses ancêtres découle naturellement de l'épreuve traversée. Étant parvenu à recréer une famille, c'est à dire à réunir les îles de l'archipel, il ne peut se résigner à tout détruire, à vendre son domaine familial.

Alors que Matt King est souvent filmé de dos, et qu'une voix-off indique ce qu'il pense, la dernière scène du film tranche avec tout le métrage. Sur un plan fixe, l'on voit l'un après l'autre, Matt King et ses filles s'installer sur le canapé, sous la couverture qui bordait Elizabeth dans son lit d'hôpital. Devant la télévision, ils forment enfin une véritable famille. Bien qu'absente, la mère de famille est présente à travers la couverture dont se couvrent les personnages. Le portrait de famille est donc bel et bien complet.

The Descendants

Réalisme et proximité
Les personnages ont de la consistance. Leurs défauts, leurs qualités, leurs réactions sont proches des nôtres. Ils sont humains tout simplement.
Comme les personnages du film, l'on assiste impuissant à la déchéance d'Elizabeth. Ainsi, après que les soins aient été arrêtés, l'on voit son corps mourir. A chaque visite, son visage est un peu plus tordu, un peu plus blanc, un peu près de la mort.
Le personnage du petit ami est intéressant car il est un peu comme les spectateurs dans le sens où il est extérieur à la famille.
Si Alex a choisi d'emmener son petit ami un peu partout avec elle, c'est parce qu'il peut comprendre ce qu'elle traverse car il a lui-même perdu son père dans un accident de la route.

The Descendants

Le pardon
Il est assez significatif de noter que le petit ami d'Alexandra précise que son père et que le conducteur venant en face étaient tous les deux ivres lorsqu'ils ont provoqué l'accident qui leur a coûté la vie. Ainsi, les torts sont partagés. Cette situation fait écho à Matt King. En effet, lorsqu'un couple se retrouve au bord de la rupture parce que l'un ou l'autre est allé voir ailleurs, l'on se demande toujours qui est en tort. Souvent, la personne trompée se sent coupable et responsable de la situation. Ainsi, Matt King pense que s'il avait été plus présent, sa femme n'aurait pas fréquenté un autre homme. Les torts sont partagés.
Après être parvenu à se pardonner, Matt King peut pardonner sa femme et la laisser partir. Alexandra doit elle aussi passer par le pardon pour se libérer et se sentir mieux. Au début du film, l'adolescente noie son chagrin dans l'alcool, puis elle laisse échapper toute sa colère lorsqu'elle rend visite à sa mère. Peu à peu, elle apprend à lui pardonner et à se pardonner elle-même de s'être disputée avec sa mère avant sa mort.

L'euthanasie
Enfin, et même si ce n'est pas le propos du film, le film pose quand même la question de l'euthanasie. Elizabeth avait pris toutes les précautions nécessaires afin que le débat n'ait pas lieu. Mais il est tout naturel que le spectateur se pose des questions sur cette pratique.

The Descendants

Conclusion :
Bercé par une douce musique haiwaienne, The Descendants est un film intelligent et brillamment mis en scène. L'on ne s'ennuie pas dans cette quête pour retrouver l'amant d'Elizabeth. Tendre et cruel à la fois, le film joue sur une large palette d'émotions qui permet de rendre le film encore plus humain. Enfin, George Clooney est convaincant et touchant dans ce rôle de père de famille un peu perdu mais suffisamment fort pour tout reconstruire. Notons aussi qu'en dépit de sa prestance, il laisse exister les autres acteurs et en particulier les deux jeunes actrices jouant ses filles.

Erin

 
 
 

Photos du film :