Réalisé par : Roberto Rossellini
Avec : Aldo Fabrizi, Anna Magnani, Marcello Pagliero, Vito Annichiarico
Sur un scénario de : Sergio Amidei et Federico Fellini avec une musique de : Renzo Rossellini
Genre : Drame
Film Italien réalisé en 1945

 

 

Synopsis du film :
Rome, hiver 1944. Un ingénieur communiste, Giorgio Manfredi, tente d'échapper aux Allemands qui occupent la ville. Il se réfugie chez un ami dont la fiancée, Pina, le met en contact avec le curé de la paroisse Don Pietro. Mais la maîtresse de Manfredi va tous les dénoncer aux Allemands.

 
 

Analyse de film :

Critique analytique :

Tourné en 1946 soit peu après la libération de l'Italie et de la fin du régime fasciste de Mussolini, le film est témoin de son époque. Film fondateur du néoréalisme italien, Rome ville ouverte frappe par son aspect réaliste et quasi documentaire.
André Bazin définit ainsi le néoréalisme : "Le néo-réalisme est une description globale de la réalité par une conscience globale […] Le néo-réalisme se refuse par définition à l'analyse politique, morale, psychologique, logique, sociale ou tout ce que vous voudrez des personnages et de leur action. Il considère la réalité comme un bloc, non pas certes incompréhensible mais indissociable".

Rome, ville ouverte

Dans le film, les trois personnages principaux deviennent tous des martyrs, car tous sont tués par des Nazis. Le spectateur est confronté à toute l'horreur de la guerre. Les Nazis tuent tour à tour les trois personnages principaux du film. Ainsi Pina, enceinte, est tuée par un soldat nazi alors qu'elle court derrière le camion dans lequel son fiancé a été embarqué de force. Mais son sacrifice sert la cause dans le sens où elle permet de faire libérer Francesco du camion dans lequel il a été embarqué de force par les soldats allemands.

Rome, ville ouverte

Giorgio Manfredi, résistant communiste, meurt la torture en martyr. Fait prisonnier par les Nazis, il ne donnera aucune information à l'ennemi. Enfin, Don Pietro Pellegrini, homme d'église et résistant sera exécuté par les Nazis sous les yeux des enfants de la paroisse. L'on voit comment les personnages de Rome, ville ouverte, représentent le peuple. C'est pour cela que l'on se reconnaît en eux et que l'on perçoit si bien les tragédies qui s'abattent sur leurs vies. Leurs morts tragiques et violentes sont toutes symboliques. Pina meurt pour avoir couru derrière le camion dans lequel avait été embarqué son fiancé. Poussée par l'amour, et ne représentant aucun danger pour les Nazis, elle est tuée sans réelle raison et dans la rue, à la vue de tous, comme sacrifiée sur l'autel. Manfredi meurt en martyr, ayant lutté et agonisé pour une juste cause. Enfin, Don Pietro, lui aussi résistant meurt dans des conditions sacrilèges pour un homme d'église. Seul, au milieu d'un terrain vague, il est exécuté par l'ennemi. L'on voit comment cette scène s'oppose à l'idéologie chrétienne qui veut qu'un homme prêt à mourir reçoive les derniers sacrements et meurt entouré des siens.

Rome, ville ouverte

Le film est particulièrement dur avec les enfants dans le sens où ils sont à la fois engagés (ils fabriquent des bombes artisanales) dans la résistance malgré leur jeune âge et souvent témoins directs de la barbarie. Ainsi, le fils de Pina assiste à la mort de sa mère. Plus tard, les enfants de la paroisse assistent à l'exécution de Don Pellegrini. Le film rend donc aussi un bel hommage à la résistance et à tous les résistants prêts à donner leurs vies pour lutter contre la barbarie nazie. Dans la lutte pour les mêmes idéaux, des personnes aussi différentes qu'un prêtre et un communiste peuvent se rapprocher et lutter ensemble. Ce  lien est d'autant plus fort que les communistes et les hommes d'église s'opposent sur le plan religieux, les uns rejetant la figure de Dieu, les autres travaillant à son service.

Rome, ville ouverte

Les évènements historiques prennent-ils le pas sur nos vies ?
Comme dans toutes les luttes, la trahison est terrible. Marina va trahir Manfredi et le livrer à la Gestapo, pour des raisons, que l'on devine être sentimentales. La trahison est d'autant plus amère. Comment une personne qui nous a un tant soit peu aimé peut-elle nous trahir au point de causer notre mort ? L'amour est-il dangereux ? Peut-il causer notre perte ?
L'histoire d'amour entre Francesco et Pina va également mal se terminer. D'une manière différente, la guerre va séparer les amoureux. Pina sera abattue par un soldat allemand.

Rome ville ouverte est un film essentiel.

Erin

 
 
 

Photos du film :