Réalisé par : John Huston
Avec : Burt Lancaster, Audrey Hepburn, Audie Murphy, John Saxon, Charles Bickford, Lillian Gish, Albert Salmi, Doug McClure
Sur un scénario de : Ben Maddow avec une musique de : Dimitri Tiomkin
Genre : Western
Film Américain réalisé en 1960

 

 

Synopsis du film :
Une famille de fermiers, les Zachary, est installée au Texas depuis deux générations. Le père a été tué par les indiens Kiowas en défendant sa maison et un climat de haine contre les indiens s'est depuis installé dans la région, entre les deux communautés. Un vagabond, Abe Kelsey, vêtu d'une vielle tenue militaire, harcèle les Zachary en les défiant et en tenant des propos plus ou moins cohérents...

 
 

Analyse de film :

Critique analytique :

Audrey Hepburn dans un western ? Qui l'aurait cru ? Pourtant, Audrey Hepburn incarne une orpheline indienne recueillie par une famille de fermiers. L'actrice qui apporte sa grâce et son élégance à chacun de ses rôles ne déroge pas à la règle pour ce film. En effet, elle a donné le meilleur d'elle-même et a tenu à monter elle-même à cheval jusqu'à ce qu'un étalon capricieux la fasse tomber et la blesse. L'actrice sera d'ailleurs obligée de porter un corset et une minerve pour terminer le film.

Le vent de la plaine

Dans Le vent de la plaine, John Huston aborde le thème de la famille. Qu'est ce que cela signifie d'appartenir à une famille ? Les liens du sang sont-ils plus importants que les liens affectifs ? Pour John Huston les liens affectifs ne tiennent pas compte de la couleur de peau. Le personnage de la mère est prêt à tout pour préserver sa famille. En effet, elle n'hésite pas à tuer pour que le secret concernant sa fille ne soit pas révélé.

Le vent de la plaine

Le film se veut être anti-raciste et contre l'intolérance. Cependant, il peut sembler relativement anti-indien. En effet, les indiens tombent comme des mouches et apparaissent par moments comme des barbares sanguinaires prêts à tout pour récupérer l'une des leurs. Rachel Zachary, l'indienne adoptée pour des raisons sentimentales, refuse ses origines en tuant de ses propres mains son frère et en choisissant donc son camp.

La mise en scène est remarquable. En effet, le secret concernant les origines de Rachel n'est pas immédiatement révélé. Pourtant, John Huston truffe son film d'indices. En effet, le film s'ouvre sur une scène montrant Rachel monter un cheval assez nerveux. La jeune femme y parvient. Un écho sera fait à cette scène lorsque l'indien engagé par la famille Zachary réussit à monter un cheval faisant tomber quiconque essayant de le monter. Dans un sens, ces deux scènes montrent que Rachel est d'origine indienne. La mise en scène est fine et intelligente car lorsque la famille de Rachel et les Rawlins livrent leur version de la vérité, le spectateur ne sait plus qui croire.

Le vent de la plaine

Le vent de la plaine est un western d'une beauté visuelle fascinante. L'histoire relativement simple permet d'aborder des sujets plus profonds tels que le racisme, l'intolérance et la famille. Le film est porté par le jeu très juste de l'ensemble des acteurs. Enfin, le film est le seul western dans lequel ait tourné Audrey Hepburn et rien que pour cela, Le vent de la plaine vaut le coup d'oeil.

Erin

 
 
 

Photos du film :