Réalisé par : Louis Malle
Avec : Catherine Demongeot, Philippe Noiret, Hubert Deschamps, Carla Marlier, Annie Fratellini, Vittorio Caprioli
Sur un scénario de : Louis Malle et Jean-Paul Rappeneau avec une musique de : Fiorenzo Carpi et André Pontin
Genre : Comédie
Film Français réalisé en 1960

 

 

Synopsis du film :
Le séjour mouvementé à Paris de Zazie, une provinciale de dix ans pleine de malice et de vie.

 
 

Analyse de film :

Critique analytique :

Adapté du célèbre roman Zazie dans le métro de Raymond Queneau, le film de Louis Malle est un ovni cinématographique. Prenant le parti de tourner son film dans la plus grande tradition burlesque, Louis Malle enchaine à une vitesse folle des scènes et les actions. Les situations trop extravagantes et le parti pris de la mise en scène burlesque ont tendance à déconnecter le spectateur de la réalité. Abordant tout et rien à la fois, le spectateur est vite dépassé par ce trop plein visuel. Et pourtant, l'intrigue de Zazie dans le métro tient sur une ligne : Zazie qui vient de la province rêve de prendre le métro parisien.

Zazie dans le métro

Le problème de cette adaptation est principalement dû au fait que l'intérêt réside dans la métaphore du métro que l'on doit à Queneau et non à Malle. Le burlesque déconcertant pour un film parlant et en couleurs a tendance à lasser et l'on a tendance à se demander pourquoi le réalisateur a opté pour un tel choix. Est-ce un moyen de montrer l'effervescence de la vie parisienne ? Possible. Est ce un moyen de séparer le monde adulte du monde de l'enfance ? Possible aussi.

Zazie dans le métro

Comme le roman, le film montre les aventures initiatiques de Zazie à Paris. C'est pour cela qu'à la fin elle dit "J'ai vieilli". Le métro représente en fait le chemin reliant le monde des adultes et le monde des enfants. Lorsque Zazie parvient enfin à prendre le métro, elle est endormie, symbole que son enfance n'est pas encore terminée. L'attitude  décomplexée de Zazie face au monde adulte permet de montrer les adultes sous un autre angle. Ils sont comme des enfants évoluant dans leur propre monde.

Zazie dans le métro

La sexualité est un thème important. La mère de Zazie préfère s'amuser avec son nouveau jules que de s'occuper de sa fille. Gabriel est danseuse de charme. L'on apprend par Zazie elle-même que l'un des compagnons de sa mère a essayé d'abuser d'elle. Trouscaillon, l'homme aux métamorphoses poursuit Zazie avec une drôle d'insistance. Le thème de l'homosexualité est omniprésent dans le film notamment par le biais du personnage de Gabriel.
L'exercice était difficile mais Malle a relevé le défi. Il a tenté d'adapter le langage de Queneau au langage cinématographique. C'est pour cela qu'il joue avec tous les effets cinématographiques possibles. Mais la frontière entre la réalité et l'imaginaire est parfois si mince qu'on si perdrait presque ...

Erin

 
 
 

Photos du film :