Réalisé par : Kathryn Bigelow
Avec : Jeremy Renner, Anthony Mackie, Brian Geraghty, Guy Pearce, Ralph Fiennes, David Morse
Sur un scénario de : Mark Boal avec une musique de : Marco Beltrami
Genre : Film de guerre
Film Américain réalisé en 2008

 

 

Synopsis du film :
Bagdad. Le lieutenant James est à la tête de la meilleure unité de déminage de l'US Army. Leur mission : désamorcer des bombes dans des quartiers civils ou des théâtres de guerre, au péril de leur vie, alors que la situation locale est encore... explosive.

 
 

Analyse de film :

Critique :

Démineurs

Démineurs ne révolutionnera pas le film de guerre. Kathryn Bigelow a pris la décision de filmer son film à la manière d'un documentaire. L'effet réaliste est assuré. Cependant, l'absence de scénario ajoutée à l'aspect documentaire tendent à faire de ce film de fiction un documentaire ou une docu-fiction. La réalisatrice s'est elle pris à son propre piège ? Parlons justement du réalisme. Les décors naturels (le film a été tourné en Jordanie), l'absence de musique au profit d'un son très brut, pris sur le vif, la caméra à l'épaule donnent un réalisme incroyable au film. Un peu trop peut être ... On a parfois l'impression de voir un documentaire et ce n'est pas à cela que doit ressembler un film de fiction. De plus, est-ce vraiment judicieux de nous plonger au coeur de la réalité alors que nous voyons des images venues directement d'Irak tous les jours défiler aux journaux télévisés ? L'on peut tout de même mettre un bémol. En effet, même si le film a été accusé de plagiat tellement il est réaliste, comment se fait-il qu'un homme comme le sergent William James qui met en danger ses collègues ne reçoive aucun avertissement ? Certes, c'est un excellent démineur mais l'armée permettrait-elle tant d'inconscience aujourd'hui au sein de ses rangs ? Nous ne pouvons pas l'affirmer. Enfin, le spectateur peut être un peu perdu quant au rôle même du démineur. L'on peut comprendre que le démineur est là pour déminer des quartiers civils afin de protèger la population. Or, ici la réalisatrice tourne chaque déminage en attaque quasiment préparée afin de pièger des soldats américains. Ce n'est sans doute pas ce qu'elle a voulu montrer mais c'est bien l'impression qui s'en dégage.

Démineurs

Kathryn Bigelow s'intéresse principalement à l'addiction que peut créer la guerre chez certains soldats accros à cette montée exceptionnelle d'adréaline. Certes, cela est fort intéressant mais le sujet a déjà été traité un certain nombre de fois notamment avec Platoon de Oliver Stone ou encore avec Apocalypse Now de Francis Ford Coppola. L'on retrouve aussi cette idée dans Taxi Driver de Martin Scorsese qui montre un soldat revenu du Vietnam qui n'arrive pas à donner un sens à sa vie après ce qu'il a vécu. Rien de révolutionnaire donc. Cependant, ici, on a du mal à cerner le sergent William James notamment parce qu'il se prend d'affection pour un jeune irakien surnommé Beckham. Comment peut-il ressentir encore de l'affection dans ce monde impitoyable alors que l'affection de ses proches ne semblent pas lui manquer. Le sergent James est sans aucun doute un homme solitaire. Mais agir seul dans l'armée, et ne montrer aucun signe d'affection pour ses proches ne semble pas être crédible.

Démineurs

On a beau se retrouver dans des zones dangereuses, où la mort est omniprésente; la réalisatrice ne parvient pas à tenir la tension sur la longueur. Non seulement les scènes de déminage se ressemblent toutes alors que chaque situation est censée être différente,et certaines autres sont assez longues.
Le film ne raconte rien en particulier. Cela est sans doute dû à l'absence de scénario. On part dans tous les sens, le film se disperse et ne raconte rien. Alors que l'idée de montrer des démineurs dans l'exercice de leur travail est à la base innovante et intéressante, Kathryn Bigelow en faisant du sergent James son personnage principal se disperse. Un coup, il est un remarquable démineur, un autre il est un soldat comme un autre qui s'aventure au risque de mettre en péril son unité. L'absence d'intrigue fait cruellement défaut au film. On ne va nulle part. On ne parvient pas à s'attacher aux personnages alors qu'ils risquent leur vie à tout moment; et que l'on envoie toujours des soldats en Irak.
Au final, malgré le réalisme exceptionnel, le film reste au final assez ordinaire. Les qualités humaines sont releguées au second plan alors qu'elles semblent primordiales dans l'armée, ce qui ne permet pas aux spectateurs de ressentir quelconque émotion.

Démineurs

Erin

Critique :

Juste après les Oscars, je me suis débrouillée pour voir ce fameux film qui a raflé 6 récompenses dont meilleur film et meilleur réalisateur (enfin là, c'est plutôt meilleure réalisatrice). Voici pour moi pourquoi ils ont donné toutes ces statuettes :

1/ En ce moment, la mode, c'est de récompenser les petits films histoire de faire genre "on s'intéresse à tout" (souvenez-vous de Collision... film qui pour moi ne méritait pas son Oscar du meilleur film)

2/ Les Oscars, c'est toujours l'occasion de créer un évènement. Là l'évènement, c'était de le donner à une femme histoire de faire genre qu'ils sont tolérants (alors qu'il le donne à une femme qui réalise... comme un mec, mouais, la tolérance, si on veut).

3/ Ah la guerre en Irak est en ce moment LE sujet à Hollywood. De plus, le film est plutôt patriotique (même s'il dit "la guerre c'est pas bien gnagnagna")

Démineurs

Bref, vous l'aurez capté, je suis dans ce qu'on appelle une incompréhension totale. Je ne dis pas que ce film est super mal réalisé, il a peut-être été fait avec le coeur, mais des films comme Démineurs (c'est-à-dire... banal), il y en a beaucoup. J'ai l'impression que ce film a eu de la chance.

Le film commence avec une très belle intro. Wow, youpi c'est super joli, les gros plans sur la terre en train de remonter à la surface, de voir le mec courir au ralenti, la peur au ventre. Et puis après la caméra tremble (histoire de faire genre "on est au coeur de l'action, hey les gens, c'est RE-A-LIS-TE"). Moi et les caméras qui tremblent, c'est pas une grande histoire d'amour. Ca me donne vite envie de gerber. J'aime tout simplement pas. Mais s'il n'y avait que ça dans Démineurs, ça irait encore.

Cette année le principal concurrent de Démineurs aux Oscars était Avatar, critiqué pour son scénario faiblard. Démineurs a remporté l'Oscar du meilleur scénario. Et on se demande bien pourquoi. Pour être franche, j'ai l'impression qu'il n'y en a pas. Avatar avait certes un scénario faiblard mais en avait un au moins. Là on a droit à une succession de scènes censées retourner le spectateur. "Boum", "Panpan", "La guerre est une drogue", "Pan", "Boum", "rePAN", "ma vie c'est de la merde, je préfère la guerre, oh je suis addict", "BOUM" (c'est un résumé plus ou moins rapide du scénario). Sauf que j'ai envie de dire... quel ennui !! J'étais à deux doigts de m'endormir, mon dieu (surtout vers la fin, je ne sais pas comment j'ai fait pour tenir). Les scènes trainent en longueur.

Démineurs

Jeremy Renner n'est pas mauvais, il fait une performance correcte, comme les autres acteurs. Par contre, son personnage m'a non seulement énervé (je ne l'ai pas trouvé attachant ou quoi que ce soit) mais je ne l'ai pas trouvé crédible (est-ce que l'armée laisserait faire ce type ?) en plus. La pseudo amitié/affection/sympathie (appelez ça comme vous voulez) entre le petit Irakien (Beckham il s'appelle je crois) et le Sergent ne m'a pas convaincu (là message de la part de la réalisatrice : "non les gars, ce film n'est pas raciste, les soldats aiment bien les irakiens, même s'ils deviennent complètement paranos, ils les préfèrent même à leur propre famille qu'ils ne connaissent pas", c'est bon, message reçu). Qu'est-ce que le film nous montre finalement ? Des mecs qui sont là pour l'adrénaline, qui servent bien leur pays mais les pauvres quand même car ils sont un peu détraqués et n'apprécient pas la vie normale. C'est bien joli écrit comme ça mais franchement, il n'y a rien de nouveau.

J'ai l'air énervé et méchante même mais comme je l'ai dit, je suis dans l'incompréhension. Pour moi, gagner un Oscar signifie quelque chose censé de grand, hors je ne pense pas que Démineurs soit un grand film, si on peut dire ça comme ça. Je savais déjà que toutes ces cérémonies avaient perdu de leur prestige mais cette année ça a été officiel !

Le film de Bigelow n'est pas non plus un ratage total, n'exagérons pas non plus. Il y a des qualités surtout au niveau du son, de la photographie... Mais ça ne me suffit pas pour me convaincre.

Démineurs

Tinalakiller

 
 
 

Photos du film :