Réalisé par : Sergio Corbucci et Antonio Margheriti
Avec : Barbara Steele, Georges Rivière, Margarete Robsahm, Arturo Dominici, Silvano Tranquilli, Sylvia Sorrente
Sur un scénario de : Giovanni Grimaldi et Sergio Corbucci avec une musique de : Riz Ortolani
Genre : Horreur
Film Italien réalisé en 1964

 

 

Synopsis du film :
De sombres esprits hanteraient le Château de Providence et, selon la légende, quiconque y passerait la nuit trépasserait. Pour le journaliste Alan Foster, tout cela n'est que balivernes et il décide de s'y installer au coucher du soleil. Dès lors, le cauchemar commence...

 
 

Analyse de film :

Critique analytique :

Très populaire au Moyen-Âge, la danse macabre représentait souvent des morts dansant ensemble et formant ainsi une farandole. Ce thème avait pour objectif de montrer que face à la mort, tous les hommes sont égaux. La mort lorsqu'elle vient chercher une personne ne fait aucune différence de classe, ni de sexe, ni d'âge. Ainsi, les riches et les pauvres, les femmes et les hommes, les adultes et les enfants, les nobles, les hommes d'église et le peuple étaient enfin égaux. Les danses macabres rappellent aussi à l'être humain qu'il n'est que de passage sur terre et que le destin commun de tous les hommes est le même : tous sont destinés à mourir. Peut-on percevoir l'influence de ce thème venu du Moyen-Âge sur Danse Macabre de Antonio Margheriti ?
Il est possible de voir une certaine influence de la danse macabre du Moyen-Âge sur le film d'Antonio Margheriti pour les raisons suivantes. Tout d'abord, notons le titre du film "Danse Macabre"  qui est censé être évocateur. Ensuite, intéressons nous aux personnages qui peuplent le film. Elizabeth Blackwood appartient à une famille aisée et bourgeoise. Le château dans lequel elle vit nous mène même à dire qu'elle fait sans doute même partie de l'aristocratie. Cette idée est d'ailleurs renforcée par les images que l'on voit de son passé : Elizabeth Blackwood danse à un bal. Alan Forster est un journaliste plutôt rationnel, tout comme est censé l'être le docteur Camus. Les jeunes mariés décédés dans le château semblent également plus populaires. Bref, tous les personnages sont différents. En revanche, ils ont en commun une chose : leur destin de mortel.

Danse Macabre

Danse macabre pose la question de la rationalité de la peur. Est-il normal d'avoir peur et de quoi est-il normal d'avoir peur ? Et si les fantômes existent, est-il normal d'en avoir peur alors que l'homme est destiné à mourir et peut être donc à errer un jour dans les couloirs du temps ? D'où vient la peur ? La peur naît-elle de ce que l'on ne connaît pas ?
C'est peut être pour cette raison que le film présente Edgar Allan Poe, le célèbre auteur qui explique que ses écrits ne tiennent pas de la fiction mais plutôt de la réalité. Il s'avère que le film n'est pas l'adaptation de l'œuvre de l'écrivain américain. En revanche, ce choix interpelle. Le réalisateur essaie de nous faire croire à la véracité de l'histoire qui se déroule sous nos yeux, un moyen classique d'engendrer la peur.

Danse Macabre

Réalisé dans les années 1960, l'on note un certain courage dans Danse macabre. En effet, le film n'a pas peur d'aller au bout de ses idées. Ainsi, il est très explicitement montré que Elizabeth Blackwood aime aussi bien les femmes que les hommes. Barbara Steele, visage de la peur en vogue depuis Le Masque du démon de Mario Bava, est un personnage atypique et transpirant la sexualité. Sans tabou, elle suit ses désirs avec qui elle a envie.

Danse Macabre

Malgré une ambiance gothique, le film a tendance à devenir un peu ennuyeux à certains moments. Et le spectateur, lui, a parfois l'impression que cette histoire ne le mènera nulle part. Heureusement, le film ne connaît qu'une petite baisse de régime et parvient à rebondir in extrémis pour terminer correctement. L'horreur est pourtant bien présente notamment grâce au personnage de l'amant d'Elizabeth, ce grand costaud dont la momie reprend peu à peu vie. Il est intéressant de noter que le fait que la maison montre le destin tragique des personnes décédées dans la maison permet d'augmenter l'angoisse.

Erin

 
 
 

Photos du film :