Réalisé par : Hark Tsui
Avec : Andy Lau, Bingbing Li, Carina Lau, Tony Leung Ka Fai
Sur un scénario de : Jialu Zhang avec une musique de : Peter Kam
Genre : Film d'action
Film Hongkongais réalisé en 2011

 

 

Synopsis du film :
L'histoire se déroule en Chine, en l'an 690, durant la période trouble correspondant à l'ascension de l'impératrice Wu Ze Tian. Tout est prêt pour la cérémonie du couronnement et la petite ville de Chang-An est dans ses habits de fête. Mais une série de morts mystérieuses menace l'intronisation de Wu Ze Tian. L'impératrice décide alors de faire appel au seul homme capable de percer ce mystère : Le juge Dee, de retour après huit ans de prison pour insolence et insubordination…

 
 

Analyse de film :

Critique analytique :

Comme le révèle le titre, le film présente une enquête menée par le Détective Dee. Si le détective est appelé pour enquêter sur les mystérieuses combustions spontanées, c'est parce qu'un véritable mystère entoure ces morts. Cet aspect mystérieux suscite immédiatement un intérêt chez le spectateur, d'autant plus que ces morts sont à la fois spectaculaires et abominables. Les victimes prennent feu de l'intérieur puisque leurs os sont brûlés. Immédiatement, l'on commence à parler de punition divine. Et qui dit punition divine, dit actes inexplicables, ce qui renforce l'idée que des forces puissantes et d'une autre dimension sont à l'origine de ces morts.
D'ailleurs, Détective Dee : le mystère de la flamme fantôme joue clairement sur quelques oppositions.

Détective Dee : le mystère de la flamme fantôme

Bientôt toute frontière entre le réel et l'irréel va être abolie.
Alors que des forces divines et magiques sont d'abord tenues responsables des morts mystérieuses, le détective et les spectateurs recherchent un coupable fait de chair et de sang.

L'ombre et la lumière s'opposent constamment. Tout d'abord, cette opposition est en lien direct avec la méthode mise en place pour tuer. Les victimes boivent à leur insu un poison sécrété par des cloportes de feu. Mais ce poison reste en suspend et n'agit pas tant qu'un contact avec la lumière n'a pas été établi. La lumière du soleil est le déclencheur du poison. Ainsi, lors de la scène finale, Dee touché par le poison avance dans l'ombre pour tenter d'échapper à une mort certaine. Plus tard, il se verra même contraint d'aller vivre dans la cité souterraine afin de ne jamais être en contact avec le soleil.
Le marché fantôme est l'exemple parfait pour illustrer ce point. Seuls les marginaux, les personnes mises de côté par la société vivent dans cet endroit isolé. Comme l'a remarqué un critique de Positif dans le numéro 602, du mois d'avril 2011, le marché fantôme représente tout ce que la société rejette. Dans un sens, il est sa face cachée.

Bien que se passant en 690, le film est à l'image de la Chine aujourd'hui : entre tradition et modernité. Ainsi, bien que la construction de l'immense bouddha soit relativement moderne, Shatuo utilise un poison ancestral : un poison sécrété par des cloportes de feu.
Le Grand Officier chargé de veiller sur la sécurité de l'impératrice est une femme, ce qui peut paraître très moderne pour l'époque.


Détective Dee : le mystère de la flamme fantôme

Le film nous offre un intéressant et subtil jeu des apparences. Ainsi, le Grand Prêtre se révèle en fait être le Grand Officier. La transfiguration via des aiguilles d'acupuncture permet de rendre le tout crédible. Ainsi, les transformations de l'ami de Dee et du Grand Officier sont à la fois magiques car inattendues et surprenantes, et parfaitement réalistes.

Mais le film de Tsui Hark est aussi très intéressant car il traite d'une période de l'histoire chinoise : la dynastie des Tang.
Le détective Dee Renjie et l'impératrice Wu Zetian ont réellement existé. Leurs personnages ont tous deux une dimension légendaire.

Détective Dee : le mystère de la flamme fantôme

Si l'impératrice est un personnage intéressant, c'est parce qu'elle est à ce jour la seule femme en Chine à avoir régné sous le nom d'impératrice. Les récits sur sa cruauté, son ambition, son ascension sociale et sa ténacité pouvant faire face à toute épreuve sont aussi légendaires.

Le film développe avec intelligence la relation amour/haine entre ces deux personnages emblématiques. Ainsi, cette Impératrice et ce détective rappelant parfois Sherlock Holmes apparaissent tout de même comme des humaines normaux. Leurs qualités exceptionnelles ne les marginalisent pas et ne font pas d'eux des héros, supérieurs au reste du monde.
Comme cela est précisé au début du film, Dee était farouchement opposé à l'impératrice qui l'avait elle même fait conduire en prison. Pourtant, il va accepter d'enquêter sur les morts mystérieuses et la défendre avec beaucoup de vigueur car il apprécie ses qualités.

Tsui Hark nous propose également une réflexion sur le pouvoir. Faut-il tout faire et être impitoyable pour s'imposer dans la société ? Faut-il même être prêt à tuer les siens ?

Cette réflexion sur le pouvoir est indissociable de la condition féminine de l'impératrice qui doit s'imposer dans un monde essentiellement fait d'hommes.
Les deux femmes du film doivent par tous les moyens affirmer leur autorité. C'est ce que fait Jing Er grâce à son fouet et c'est ce qu'espère faire la régente en se devenant Impératrice mais aussi en faisant élever une gigantesque statue d'un Bouddha avec son visage. La statue est si grande qu'elle paraît atteindre le ciel. Ainsi, Wu Zetian espère affirmer sa légitimité et son pouvoir, comme si les Cieux l'avaient choisi.

La question à se poser est : Wu Zetian était-elle un bon monarque malgré ses actes cruels et ses ambitions personnelles ? Le film rappelle à de nombreuses reprises que le peuple est heureux et prospère sous son règne. Alors est ce que le bien du peuple vaut tous les sacrifices ?

Détective Dee : le mystère de la flamme fantôme

Certains poseront la question du féminisme. Bien que l'impératrice et son Grand Officier aient besoin de s'affirmer par rapport à leur condition de femme, parler de féminisme n'est peut être pas convenu. Certes, Wu Zetian a voulu rompre avec la tradition royale qui n'autorisait alors que les hommes à régner. Mais la véritable révolution n'est pas là. Ce qui dérange encore plus les opposants à l'impératrice, c'est son statut social. Elle n'est pas d'une noble lignée. Elle a atteint les sphères du pouvoir en devenant concubine, épouse de l'empereur puis Régente.

L'une des grandes forces du film de Tsui Hark est son scénario à la fois bien ficelé, complexe mais d'une logique et d'une fluidité incroyables. Tout s'enchaîne à merveille. Mais surtout, le réalisateur a accordé un grand soin à la mise en scène. Ainsi, lorsqu'un nouvel indice est révélé, la scène importante nous est montré en flash-back. Le spectateur est donc guidé et enquête aux côtés du Détective Dee. Par exemple, lorsque Dee comprend l'importance de la transfiguration pour démêler l'affaire, Tsui Hark nous offre un extrait de la scène intimiste que partagent Jing Er et Dee. Attaqués par des archers, Jing Er refuse que le détective la touche près de la nuque, là où sont plantées les aiguilles d'acupuncture. Bref, pas à pas, la narration avance et les indices permettent de rendre ce jeu de piste intéressant.

Détective Dee : le mystère de la flamme fantôme

Détective Dee : Le mystère de la flamme fantôme revisite le wu xia pian. Les combats chorégraphiés par Sammo Hung sont aussi beaux, poétiques et spectaculaires qu'ils servent l'action. La fluidité des mouvements et la musique parfaitement adaptée nous donne l'impression d'assister à un ballet.

Le film oscille donc entre beauté flamboyante, enquête mystérieuse, combats incroyables et rebondissements. Détective Dee : Le mystère de la flamme fantôme vous fascinera à coup sûr.

Erin

Critique :

Le réalisateur de Seven Swords revient très en forme avec ce Detective Dee, tiré à la fois d'éléments réels et historiques, et d'éléments plus fictifs. Visuellement, entre la sublime photographie, les décors somptueux, les costumes, les scènes où les personnages brûlent et les scènes de combat, ce film énergétique est magistral et époustouflant ! En tout cas, je n'ai jamais ressenti un moment d'ennui. Puis, le côté un peu policier est très plaisant, avec une bonne intrigue et du suspense jusqu'au bout (même si ce n'est pas impossible de deviner qui est le méchant). J'ai vu pas mal de critiques qui ont dit qu'ils n'avaient rien compris à l'intrigue. Pour ma part, ce fut très clair ! (je passe ce message pour ceux qui, comme moi avant de voir le film, étaient un peu réticents à cause de ça). Certains ont trouvé ça un peu tiré par les cheveux, personnellement, je pense qu'il faut juste regarder ce film avec un certain degré et une certaine ouverture d'esprit. On trouve aussi pas mal d'humour dans ce film, ce qui le rend encore plus plaisant. Bref, le mélange de film d'action, film policier et fresque historique donne un agréable et grand divertissement. Andy Lau est vraiment excellent dans le rôle de Dee et sincèrement, j'espère que Tsui Hark donnera une suite car ce Detective Dee est une pure réussite !

Tinalakiller

 
 
 

Photos du film :