Réalisé par : George Nolfi
Avec : Matt Damon, Emily Blunt, Anthony Mackie, Terence Stamp, Michael Kelly, John Slattery
Sur un scénario de : George Nolfi avec une musique de : Thomas Newman
Genre : Fantastique
Film Américain réalisé en 2011

 

 

Synopsis du film :
Sommes-nous maîtres de notre destin ? Ou sommes-nous manipulés par des forces invisibles ? David Norris entrevoit l'avenir que le Sort lui réserve et se rend compte qu'il aspire à une autre vie que celle qui lui a été tracée. Pour y parvenir, il va devoir poursuivre la femme, dont il est tombé follement amoureux, à travers les rues de New York et ses réseaux souterrains...

 
 

Analyse de film :

Critique analytique :

Il y a des films comme L'Agence qui demandent aux spectateurs de bien vouloir y croire et de mettre nos convictions de côté. En effet, pour que le film fonctionne, il vous faut plus ou moins admettre l'existence d'une force divine capable de contrôler nos destins.

La grande force du film de George Nolfi c'est qu'il aborde avec succès de nombreux thèmes tels que le destin, le libre-arbitre, la théorie des âmes sœurs et autres ... et surtout qu'il amène les spectateurs à y réfléchir.

L'Agence

Lorsque David Norris, jeune et charismatique homme politique se présente aux sénatoriales et se retrouve battu, il n'a pourtant pas tout perdu. Il rencontre Elise. Immédiatement, ils tombent amoureux et l'on comprend bien qu'ils étaient faits pour se rencontrer et s'aimer. Bref, ce coup de foudre intense va donner beaucoup de force à la relation amoureuse entre David et Elise mais aussi à leurs séparations. L'on comprend qu'un lien très fort, inexplicable qui s'appelle tout simplement l'amour et indestructible les unit.
La chance sourit à David qui rencontre à nouveau et par hasard son âme sœur dans un bus. Mais il est décidé c'est cette femme qu'il veut et aucune autre. Il prend donc les choses en main et lui demande son numéro de téléphone.

L'Agence

Cette rencontre imprévue ne plaît pas à l'Agence qui a vu ses plans contrariés. Elle va donc expliquer à David de quoi il s'agit. On lui explique donc que "le Grand Patron" dessine des plans pour chaque individu qu'il fait surveiller afin que tout se passe comme prévu. Bref, on apprendra que "le Grand Patron" ou Dieu a décidé de ne plus accorder le libre arbitre aux humains qui n'ont pas su en faire bon usage. En effet, en 50 ans, l'homme a été capable des pires horreurs : deux guerres mondiales atrocement sanglantes et traumatisantes, une bombe nucléaire larguée à Hiroshima, une destruction constante de la planète et etc ...
Comment David pourrait-il donc s'opposer à cette grande puissance qui a choisi pour lui sa vie ? Comment l'Agence peut-elle savoir ce qui est bon pour lui ? Comment peut-elle penser que l'amour si fort qui existe entre lui et Elise ne puisse pas être bon pour eux ?
Alors que l'on reste sans réponse pendant une bonne partie du film, nous fondant ainsi dans l'état d'esprit de David qui a littéralement l'impression que le destin s'acharne sur lui.
La réponse de l'Agence est terrible. Elle avance un cruel dilemme. L'amour entre David et Elise est possible mais il brisera tous leurs rêves respectifs. Elise ne deviendra pas une grande danseuse et chorégraphe. David ne réussira pas dans sa carrière politique, lui qui aurait pu devenir Président des États-Unis. Pourquoi ? La raison est simple. Lorsque vous rencontrez la bonne personne, tout le reste du monde disparaît et vous n'avez plus besoin de combler ce vide en vous avec le travail.
David va pourtant choisir, par amour pour Elise mais aussi pour lui-même. Il va l'abandonner et la laisser vivre sa vie afin qu'elle réalise ses rêves, et lui aussi. Le film propose donc aussi une réflexion sur l'individualisme. Trois ans vont donc s'écouler, sans qu'Elise et David ne se voient. Un jour, David qui est en bonne posture pour être élu, va apprendre par le journal que la célèbre Elise va se marier. Il est tant d'agir et de contrarier le destin.

L'Agence

Un ange travaillant pour l'Agence et touché par l'amour qui existe entre David et Elise va aider David à contrarier les plans du destin. David va donc se lancer dans une folle course poursuite pour empêcher Elise d'épouser un autre homme que lui.

La détermination de David ne pouvait pas déboucher sur autre chose qu'un succès. Il va donc réussir à faire réécrire un plan au Grand Patron, qui suite à un baiser magique et digne d'un Walt Disney, va lui aussi succomber à cette tendre et émouvante histoire d'amour.

L'Agence

Mais L'Agence n'est pas seulement une histoire d'amour. C'est aussi et sans doute avant tout une réflexion sur le libre-arbitre. Existe-t-il vraiment dans nos sociétés actuelles pour qui nous ne sommes que des numéros ?
Certains verront dans cette fin un "happy-end" trop heureux pour être vrai. Or, ce n'est pas forcément ce qui semble se passer. Le film se termine en demi-teinte. Bien que tout se finisse bien pour David et Elise qui ont su combattre le destin pour avoir le privilège de jouir du libre-arbitre, le reste du monde reste ignorant des pratiques ignobles des agents du destin, qui nous privent peut être à chaque coin de rue de rencontrer notre âme sœur.

George Nolfi réussit à jouer sur les couleurs. Les couleurs froides (le bleu notamment) caractérisent l'Agence et ses hommes de l'ombre prêts à tout pour faire leur travail.
Les couleurs chaudes comme le rouge caractérisent la relation amoureuse entre David et Elise, une histoire qui fait chaud au cœur.

L'Agence

Le réalisateur signe donc un excellent film parvenant à nous tenir en haleine du début à la fin, et permettant de nous faire réfléchir sur la question du libre-arbitre, qui devrait nous être si chère.
Enfin, mention spéciale au couple fou amoureux formé par un Matt Damon très en forme et une adorable Emily Blunt.

Vous pouvez aussi lire la nouvelle qui a inspiré le film : The Adjustment Team (en français Réajustement) de Philip K Dick.

Erin

Critique :

Je ne sais pas pourquoi mais je m'attendais à un film pas terrible (voire mauvais), mais en fait, ce long-métrage, adapté d'une nouvelle de Philip K. Dick m'a plutôt surprise. Tout d'abord, L'Agence est très réussi au niveau du divertissement. On trouve pas mal d'action, un peu d'humour, tout ça sans nous filer la migraine. J'ai beaucoup aimé le style des hommes de l'Agence et aussi quand ils passent les fameuses portes. L'Agence est également un très beau film d'amour. L'alchimie fonctionne parfaitement entre Matt Damon, très touchant, et Emily Blunt, pétillante. Le film m'a en tout cas pas mal transporté, grâce à un scénario plutôt bien mené. Le film pose mal de questions sur le destin, le libre-arbitre ou encore la force de l'amour.

L'Agence

Je ne sais pas comment la nouvelle se termine. Dans le film, elle est logique mais j'ai trouvé que le film devenait un peu trop hollywoodien. D'ailleurs, même si j'ai trouvé la réalisation efficace, j'ai trouvé que cette dernière manquait cependant parfois un peu de personnalité. C'est réellement dommage car L'Agence aurait pu remporter ma totale adhésion.

Tinalakiller

 
 
 

Photos du film :