Réalisé par : David Cronenberg
Avec : Jeremy Irons, Geneviève Bujold, Heidi von Palleske, Barbara Gordon, Shirley Douglas
Sur un scénario de : David Cronenberg et Norman Snider avec une musique de : Howard Shore
Genre : Drame psychologique
Film Canadien réalisé en 1988

 

 

Synopsis du film :
Deux gynécologues réputés sont des "vrais" jumeaux. Ils partagent tout, même les femmes. Lorsque Claire, une jeune femme consulte Beverly, l'un des jumeaux, celui-ci tombe amoureux d'elle et refuse de la "partager". C'est le début d'une descente vers la folie.

 
 

Analyse de film :

Critique analytique :

Faux-semblants signifie apparence trompeuse.
Le film Faux Semblants tire son origine du roman Twins de Bari Wood et Jack Geasland, lui même s’inspirant de deux véritables faits-divers : le premier racontant l’histoire de deux siamois séparés par une opération qui mourront au même instant quelques années plus tard et la deuxième racontant l’histoire de deux jumeaux, gynécologues de métier, retrouvés morts de manière identique dans leur appartement à quelques jours d’intervalle.
Faux Semblants est considéré par Cronenberg comme une suite et fin de trilogie avec Dead Zone et La Mouche, par leur côté dramatique déterminé par la mort du héros.
Bien que restant dans le domaine de « la chair », ce film est plus accessible au public que les précédents.

Faux-semblants

Deux Reflets Donnant une Troisième Personne

L’habilité des plans, l’utilisation de « divisions mobiles » ( avec l’informatique, Cronenberg va pouvoir déplacer la position de la division invisible de l’écran en deux parties et de la caméra en même temps ) va faire en sorte que l’on croit qu’il y a deux Jeremy Irons distincts qui tiennent les rôles de Beverly et Eliot Mantle.

Affiche originale de Faux-semblants

Sur l’affiche, on peut déjà voir que les visages des deux jumeaux reflètent un troisième visage. On sait avant de voir le film que les jumeaux se perdent entre eux et qu’il sera très difficile de les distinguer.
S’il est si difficile de les mélanger, c’est aussi parce que les frères Mantle partagent tout, même les femmes.
L’affiche originale contient d’ailleurs un sous-titre « Two bodies. Two spirits. One soul » qui à lui seul nous fait comprendre le lien qui unit ces deux jumeaux. Les jumeaux, interprétés par Jeremy Irons, sont très liés au point de paraître interchangeable.

Ce troisième reflet pourrait d’ailleurs être le reflet de David Cronenberg. Les répliques du film, notamment l’idée d’organiser « des concours de beauté pour les organes internes du corps humains » viennent de Cronenberg lui-même et montre sa pensée. En effet, on connaît la passion organique de Cronenberg et ses plans sur la chair etc... trouve ici un reflet dans les paroles des frères Mantle.

Faux-semblants

Dans une scène où Eliot reçoit des jumelles dans sa chambre, Eliot demandera à une des jumelles de l’appeler par son nom et à l’autre par celui de son frère. Les jumeaux sont toujours ensemble, inséparable.

Le Reflet l’Un de l’Autre qui se Perd

Enfants, on remarque un effet de miroir entre les deux jumeaux, ils portent les mêmes vêtements, les mêmes lunettes, se coiffent de la même manière.
Mais si physiquement la similitude est parfaite, leurs esprits divergent.
Une des différences de caractères se rencontrent dans leurs façons de se comporter avec les filles, dès le début du film, l’un des jumeaux a l’idée de faire l’amour avec une fille et c’est l’autre qui va lui proposer. Bien qu’on ne sache pas qui est qui, on peut supposer que le premier, plus timide est Beverly et que le second plus franc et à l’aise soit Eliot. On peut remarque que leur caractères sont opposés.
Eliot dira d’ailleurs à son frère que s’il ne draguait pas des filles pour lui, il serait toujours puceau.

Faux-semblants

La différence de caractère se ressent aussi, quand à la question de leur professeur, Eliot répond alors que Beverly paraît affolé.
En vieillissant, les gynécologues se différencient de plus en plus, leurs styles vestimentaires sont opposés, Eliot porte des costumes alors que Beverly lui est habillé de manière plus décontracté, Eliot fait les discours, va aux remises de prix alors que Beverly se charge des opérations, se faisant même parfois passer pour son frère. Ils ne sont plus qu’un reflet inverse l’un de l’autre.

Faux-semblants

C’est alors qu’arrive Claire Niveau, une patiente que Eliot va draguer, échanger avec Beverly et dont ce dernier va tomber amoureux, qui va être l’élément perturbateur de leur vie. Lorsque les frères s’interchangent pour examiner « la mutante », seul le spectateur le remarque, Claire mettra très longtemps pour comprendre qu’ils sont deux jumeaux.

Faux-semblants

Une fois que cet élément perturbateur qui avait perturbé l’engrenage ne sera plus là, on remarque que les jumeaux se ressembleront à nouveau. Par exemple, lors de la scène de la cérémonie, on voit Beverly arriver saoul, or les jumeaux ont le même costume, la même coiffure. L’équilibre est à nouveau parfait lorsque les « frères siamois » vont essayer de se séparer, chacun ayant les mêmes vêtements et la même coiffure, sauf que cette fois ci, Claire est sortie de leur vie définitivement et qu’outre l’accoutrement, leurs gestes et leurs attitudes, eux aussi, seront similaires. Ils ne sont plus que le reflet de l’autre.
La scène suivante montre d’ailleurs ce mimétisme parfait. En effet le cadre nous montre le corps d’un des jumeaux de profil au premier plan et le corps du deuxième de face en arrière plan. Le spectateur pense que l’arrière plan est le reflet d’un miroir nous montrant le corps du premier plan. Il ne comprendra que lorsque Beverly, au premier plan, se lèvera alors qu’à l’arrière plan le corps restera immobile, le ventre ouvert, que seul Eliot est mort.

Faux-semblants

Les Jeux d’Ombre de Cronenberg

« L’ombre-reflet » jour un rôle important dans le film.

Eliot représente par son aisance, son arrogance, sa vantardise, le jumeau maléfique.
Lorsque que Beverly se rend pour la première fois chez Claire, on peut remarque que son ombre se projette sur le mur. Cette ombre représente le passage d’Eliot, qui a passé la nuit précédente chez Claire.

Faux-semblants

Dans une scène où Beverly reçoit une patiente, on remarque sur le mur son ombre, ce reflet d’Eliot pousse Beverly, encore une fois, au mal, à s’énerver contre elle.
Dans une scène d’appartement entre Beverly et Claire, on voit l’ombre apparaître lorsque Claire lui demande d’organiser une rencontre entre elle et les deux frères. L’ombre montre que le reflet d’Eliot est encore présent dans leur couple.

Faux-semblants

Dans la deuxième partie du film, les rôles s’inversent. Eliot devient le bon jumeau voulant guérir son frère.
Dès lors c’est l’ombre d’Eliot qu’on remarque. Comme durant une conférence où l’on voit l’ombre d’Eliot sur le mur de derrière, à ce même moment une assistante vient le voir pour lui dire que son frère l’attend dans son bureau. « L’ombre est annonciatrice ».
Quand Eliot enferme son frère dans l’appartement. Avant de sortir, il s’adresse à son frère en disant « pauvre Bev », on remarquera à sa sortie de la chambre le reflet de son ombre, qui annonce la prochaine sortie de son frère Beverly.

Faux-semblants

Les Miroirs

Outre les reflets abstraits et les ombres, on retrouve de véritables reflets avec des miroirs.

Lorsque Beverly débarque pour gâcher le discours d’Eliot, on voit son reflet sur le côté. Son reflet, d’ailleurs, est celui d’Eliot, le jumeau maléfique, car par son aspect agressif et dépravé, Beverly ressemble davantage à son frère qu’à lui-même.

Faux-semblants

Lors d’une scène dans la salle de bain, Beverly se retrouve face à un miroir. Dans son dos on retrouve un deuxième miroir qui nous fait comprendre que le reflet qu’il voit est celui d’Eliot car on voit derrière lui la copine d’Eliot.

Faux-semblants

Dans la loge de maquillage de Claire Niveau, Eliot va la voir pour lui dire qu’elle détruit leurs vies et qu’il vaut mieux qu’elle soit avec les deux, ce à quoi Claire refuse. A ce refus Eliot lui demandera « Suis-je vraiment différent de Beverly ? », ce à quoi Claire répondra « Oh oui, tu l’es. ». Pendant cet échange, on remarque qu’Eliot se tourne sans qu’on voit son reflet dans le miroir, Cronenberg refuse volontairement de nous montrer le reflet d’Eliot qui aurait été aussi celui de Beverly. En effet, réalisant qu’il était bien différent de son frère Beverly, Eliot ne pouvait que se voir dans la miroir et non voit son frère.

A la fin du film, Beverly, après avoir tué son frère, prépare ses valises. Il s’habille avec une chemise cravate, met de l’après-rasage devant un miroir, le reflet nous fait plus penser à Eliot qu’à Beverly. On peut penser que Eliot se fait passer pour Beverly. En tuant Eliot, Beverly s’est tué lui-même, mais dans le même temps il va faire vivre son frère à travers lui. Ce plan nous fait comprendre la fusion totale qui unissait les jumeaux Mantle.
La fin du film nous conforte dans cette idée que les deux jumeaux forment une même personne. Quand Beverly appelle Claire Niveau, il ne sait pas répondre à celle-ci quand elle lui demande qui appelle. Est-il Beverly ? Eliot ?

Faux-semblants

Une Vision de Cauchemar

La salle d’opération de la clinique Mantle avec ses médecins et ses infirmières portant des masques et des blouses d’hôpital rouge est un véritable lieu de cauchemar.
Beverly va concevoir et faire fabriquer des instruments gynécologiques pour traiter les femmes « mutantes ». Disposées sur un chariot, ses instruments donnent une impression effroyable.

Faux-semblants

L’arrivée de Claire Niveau, une « mutante » nous fait basculer vers ce monde cauchemardesque, monde dont le spectateur n’arrivera plus à sortir.

Beverly, quand il se réveillera après sa "séparation" avec son "frère siamois" parlera d'ailleurs de cauchemar.

Conclusion

Faux semblant n’est pas un film d’horreur ou de science-fiction mais plutôt un drame réaliste avec une psychologie renversante voir dérangeante. On s’éloigne des autres films de Cronenberg, le thème étant différent mais la manière dont celui ci est traité reste en phase avec sa filmographie.

Le film nous met face à deux jumeaux identiques, partageant tout, jusqu’aux femmes, ayant les mêmes goûts bien qu’ayant des personnalités différente jusqu’au jour où arriver dans leur vie Claire Niveau dont Beverly va tomber amoureux. Dès lors, celui ci sera balancé entre entre l’amour charnel qu’il éprouve pour elle et l’amour fraternel qu’il ressent envers son jumeau.
Cet élément perturbateur, qu’est Claire, gangrènera petit à petit Beverly, le rendant tour à tour malheureux, jaloux et même malade à la fin. Malade au point de devenir agressif envers ses patientes avec des instruments chirurgicaux destinés à des malformations.
Eliot fera tout pour sauver, pour soigner son frère, mais celui ci sera entraîner dans sa chute.

Faux-semblants

La plupart des films sur des jumeaux sont des comédies, ou des films policiers avec un jumeau maléfique commettant un crime. Avec Faux Semblants, Cronenberg donne pour la première fois de l’épaisseur dans les rôles de frères jumeaux.
Il fallait un acteur spécial pour incarner les jumeaux Mantle, un acteur actif qui ne fait pas que se laisser diriger, cet acteur sera Jeremy Irons, fascinant dans le film, interprétant les jumeaux Mantle avec brio.
On voit l’investissement de Irons dans les rôles, par son jeu il apporter cette épaisseur que désirait Cronenberg. Jeremy Irons arrive par les différentes énergies qu’il donne à chacun des jumeaux à nous permettre de les différencier.

Avec Faux-semblants nous somme face à un nouveau chef-d’oeuvre de Cronenberg, aussi bien grâce à la psychologie du film avec les thèmes de la juméléité, le double cynique et ce réalisme absolu, que grâce à la maîtrise technique du réalisateur nous faisant réellement croire que Jeremy Irons nous avait caché un frère jumeau.

TitCalimero

 
 
 

Photos du film :