Réalisé par : George Clooney
Avec : Sam Rockwell, Drew Barrymore, George Clooney, Julia Roberts
Sur un scénario de : Charlie Kaufman avec une musique de : Alex Wurman
Genre : Biopic
Film Américain réalisé en 2002

 

 

Synopsis du film :
Parallèlement à sa carrière d'animateur du Gong Show, un jeu télévisé américain qui dura quatre ans, de 1976 à 1980, Chuck Barris aurait mené une carrière de tueur professionnel. Il aurait officié pour le compte de la CIA sous le nom de Sunny Sixkiller. Confessions d'un homme dangereux se penche sur ce destin peu ordinaire.

 
 

Analyse de film :

Critique :

Le 1er film de l'acteur George Clooney derrière la caméra m'a étonné, et pourtant, au début, je trouvais que ce long-métrage ne partait pas forcément bien (je sais pas trop pourquoi, c'était juste une sensation). Mais finalement, malgré des maladresses (quelques petites longueurs et petits moments de vide qui auraient pu être évités, le film cherche aussi parfois un peu son style), l'ex-docteur Ross se défend bien pour une première réalisation. Il s'est basé sur le livre autobiographique de Chuck Barris. Justement, ce livre, raconte-il la réalité ou est-ce que l'animateur tv est un peu un...menteur ? Clooney ne nous dit jamais vraiment la réponse, il laisse libre au spectateur de penser ce qu'il veut, mais cependant il semble tout de même laisser quelques indices qui montreraient son opinion. J'ai en tout cas bien apprécié cette nuance de propos et du coup, son film peut se voir différemment selon sa version et tout ce qui peut paraitre comme des défauts (quelques clichés, Clooney avec une belle moustache, la rencontre tout simplement improbable entre Rockwell et Clooney, la Russe, Berlin, le Mexique...) deviennent en fait des qualités. De plus, Clooney montre très justement le côté sombre de l'homme et du monde de la télévision et de la gloire et signe un portrait complexe et intéressant de Chuck Barris (d'ailleurs à la fin, on voit le vrai Chuck). Le réalisateur réussit aussi à représenter une époque, d'une manière à la fois sobre et un peu kitsch, ce qui rend le tout plaisant et crédible, il trouve en fait le juste milieu, ce que n'arrivent pas toujours à faire certains réalisateurs.

Confessions d'un homme dangereux

Si le film est aussi si bon, c'est parce que son acteur principal, Sam Rockwell, est franchement brillant et le festival de Berlin l'a d'ailleurs justement récompensé d'un Ours d'argent du meilleur acteur. Je suis franchement étonnée que les Oscars l'aient complètement oublié (en fait, ils ont carrément zappé le film dans toutes les catégories). A la base, Rockwell ne ressemble pas vraiment (ou alors de loin et de dos) à Chuck Barris mais il fait tellement un tel show qu'il est tout simplement crédible et il devient le vrai Chuck. Clooney s'est également offert un bon rôle, et a également mis ses potes : Julia Roberts (plutôt bien), Brad Pitt et Matt Damon (bon ok, on les voit genre 5 secondes mais leur apparition est quand même assez marrante avec leur bonne tête de vainqueur). Drew Barrymore se défend également plutôt bien.

Tinalakiller

 
 
 

Photos du film :