Réalisé par : John Patrick Shanley
Avec : Meryl Streep, Philip Seymour Hoffman, Amy Adams, Viola Davis
Sur un scénario de : John Patrick Shanley avec une musique de : Howard Shore
Genre : Drame
Film Américain réalisé en 2008

 

 

Synopsis du film :
1964, une école catholique dans le Bronx. La père Flynn, un prêtre de la paroisse, entraineur de basketball, est soupçonné d'avoir fait des attouchements sur un garçon noir de douze ans. Soeur Aloysius, directrice de l'école, a des doutes sérieux sur la moralité du prêtre mais n'arrive pas à établir les preuves nécessaires à son renvoi. Quand soeur James, une soeur naïve, vient lui raconter un événement impliquant le père Flynn et un garçon de l'école, soeur Aloysius estime que ses soupçons sont confirmés. Elle part donc en guerre contre le prêtre, bien determinée à le démasquer. L'aumônier accusé va tenter de se disculper mais soeur Aoysius n'a pas dit son dernier mot. La doute s'installe. Quelles en seront les conséquences ? Et si tout cela n'était qu'un malentendu ?

 
 

Analyse de film :

Critique :

Beaucoup n'ont pas aimé le côté théâtral et huit clos du film. Au contraire, je trouve que ce sont les principales qualités de ce film adapté d'une pièce de théâtre. Le seul défaut que je lui trouverais c'est le fait qu'au final il ne se passe pas grand chose en fait. Mais cependant ça reste assez captivant et pas ennuyant.

Doute

Une des principales qualités du film est l'interprétation des acteurs. Meryl Streep est dure, sévère et pourtant, et surtout vers la fin du film, on arrive à l'apprécier. Philip Seymour Hoffman est en même temps sympathique mais à cause de certaines de ses attitudes arrive à nous faire douter. Amy Adams (que j'avais déjà repérée dans d'autres films) est formidable et j'espère qu'elle va être enfin reconnue. Viola Davis, qui n'apparait pas beaucoup (d'ailleurs j'ai dû mal à comprendre sa nomination aux Oscars) fait une sacrée apparition.

Doute

L'autre qualité, c'est le scénario. Il est d'une subtilité rare et j'ai aimé qu'on ne sache pas officiellement la réponse (même si pour ma part j'ai ma propre interprétation de ce drame). J'ai trouvé que c'était un excellent choix de ne jamais employer le mot "pédophilie" dans l'un des dialogues. Tout est subtil car ce ne sont que des espèces de sous-entendus. Et puis quand même en sortant de la salle, on finit par douter et d'ailleurs on doute tout le long du film. Les différents sujets principaux sont bien traités.
Une bonne surprise.

Tinalakiller

 
 
 

Photos du film :