Réalisé par : Jee-woon Kim
Avec : Im Su-jeong, Moon Geun-young, Kim Kap-su, Yeom Jeong-a, Lee Seung-bi
Sur un scénario de : Jee-woon Kim avec une musique de : Byung-woo Lee
Genre : Film d'épouvante
Film Coréen réalisé en 2003

 

 

Synopsis du film :
Su-Mi et Su-Yeon, deux sœurs, rentrent chez elles. Leur belle-mère les accueille mais Su-Mi l'évite volontairement et Su-Yeon semble en avoir peur. Un jour, le frère de la marâtre et sa femme leur rendent visite. Pendant le dîner, elle aperçoit un fantôme et des événements étranges se produisent. Le fantôme d'une petite fille hante en effet la maison. Les oiseaux meurent. Persuadée que leur mort est due aux agissements de Su-Yeon, la belle-mère l'enferme dans un placard. Le conflit entre la marâtre et les deux jeunes sœurs ne fait que commencer...

 
 

Analyse de film :

Critique analytique :

Deux sœurs est librement adapté d'un kogan (conte folklorique de tradition orale) intitulé Rose et Lotus. Le conte raconte l'histoire d'une marâtre qui va pousser Rose au suicide en faisant croire qu'elle a fait une fausse couche. Sa sœur Lotus est dévastée par sa mort et se suicide aussi. Rose et Lotus deviennent des fantômes et racontent leur histoire à Chong Tong-u un guerrier. La marâtre finit par être exécutée. Le père de Rose et Lotus se remarie alors avec une bonne épouse qui lui donnera deux filles qui seront des réincarnations de Rose et Lotus.

Deux Soeurs

D'où vient l'horreur ?
La majorité des scènes sont des créations de l'esprit torturé de Su-Mi. Se sentant responsable de la mort de sa sœur et portant en elle une douleur insupportable liée à la perte de sa sœur et de sa mère, Su-Mi a trouvé en sa belle-mère Eun-Joo une responsable. L'est-elle vraiment ? Nous verrons cela plus tard.
L'horreur est donc créée de toutes pièces par l'esprit de Su-Mi. Elle est à la fois d'ordre psychologique et d'ordre physique. En effet, Eun-Joo exerce une forte pression sur Su-Yeon. Su-Mi imagine également des blessures physiques : le corps enfermé dans le sac, le meurtre de l'oiseau et etc ...
Malgré ce qu'a pu imaginer l'esprit de Su-Mi, le plus effrayant reste la transformation subie par la jeune fille. Nous ne savons rien de sa vie avant ce terrible jour où elle a perdu deux êtres chers : sa mère et sa sœur. Il semble que Su-Mi et sa sœur Su-Yeon souffraient de la présence de leur belle-mère et de la maladie de leur mère. Il est effroyable de voir comment Su-Mi a changé après les évènements. Il est terrible de voir comment la folie poussée par une douleur incontrôlable a pu anéantir la jeune Su-Mi et la changer en cette personne que nous retrouvons en asile psychiatrique. Personne n'est à l'abri de la douleur et si cette dernière peut rendre fou, alors nous ne sommes pas à l'abri de la folie.

Deux Soeurs

Kim Jee-Woon utilise des effets classiques pour créer une ambiance horrifique : fantôme sous un meuble, cauchemar, bruits inquiétants, porte qui claque et etc ... L'armoire est un objet qui revient de manière récurrente dans l'imaginaire de Su-Mi. Le spectateur comprend que cette armoire cache un secret.

Il est cependant légitime de se demander s'il y a tout de même des fantômes dans le film.
Su-yeon apparaît à la fois grâce à l'imagination de Su-mi, ce qui permet de la faire revivre et en tant que fantôme. La maison est bel et bien hantée par le fantôme de Su-yeon et le fantôme de la mère de famille. Il est donc possible qu'il y ait vraiment des fantômes dans le film, comme le suggère la scène où Eun-Joo est censée être punie. Cependant, la majorité des fantômes sont issus de l'esprit de Su-Mi.

Deux Soeurs

Deux sœurs a beau nous plonger dans l'horreur, le film est avant tout un drame. C'est l'histoire d'une famille qui se détruit. C'est d'ailleurs pour cette raison que le réalisateur tente de donner une explication rationnelle aux scènes horrifiques. Tout vient de l'esprit perturbé de Su-Mi.
Alors que Su-Mi regarde des photographies lui rappelant sa mère, le spectateur comprend au fil des images que Eun-Joo la belle-mère s'est incrustée dans la maison et dans la famille. On apprend donc qu'elle était infirmière et qu'elle a sans doute été engagée pour s'occuper de la mère de Su-Mi et de Su-Yeon car celle-ci était malade. Petit à petit, elle troque son uniforme d'infirmière pour des vêtements civils, signe qu'elle n'est plus présente dans la maison pour des raisons professionnelles mais bien pour des raisons personnelles et donc sans doute affectives.
Le père, seul personnage masculin du film est exclu du conflit qui lie Su-Mi et sa belle-mère.
Derrière toute cette histoire, il y a bien une tension sexuelle. En effet, le père a bel et bien remplacé la mère de ses enfants par l'infirmière. Su-Mi se bat contre Eun-Joo pour conserver sa place au sein de la famille initiale et la place de sa mère.
Il est fort possible que la figure du père soit volontairement exclu par le réalisateur qui montre ainsi la culpabilité et la lâcheté du père.
La maison familiale est un personnage à part entière. Alors qu'elle devrait être rassurante, la maison chargée d'un passé douloureux devient inquiétante et menaçante. La maison familiale peut aussi être vue comme le symbole de la condition mentale de Su-Mi.

Deux Soeurs

Kim Jee-Woon s'amuse à manipuler le spectateur, à lui faire voir ce qu'il a envie de lui montrer. Le réalisateur s'efforce de lui démontrer que ce qu'il voit n'est pas toujours la réalité.
Su-Mi et sa sœur Su-Yeon sont traitées comme un seul personnage. Ainsi, lorsque l'on examine le comportement de Su-Yeon on se rend compte qu'elle est inexistante. En effet, elle ne parle quasiment pas et n'agit jamais. Personne ne semble s'adresser à elle. Elle subit toujours ce qui lui arrive.
Le réalisateur prend le temps d'instaurer une ambiance particulière, de brouiller les pistes, de faire croire aux spectateurs ce qu'il a envie de lui faire croire. Il déroule son intrigue petit à petit et se permet même d'intégrer plusieurs rebondissements.
Ainsi, lorsque l'on voit Su-Mi s'éloigner, toutes les pièces du puzzle se mettent en place et la vérité frappe le spectateur.

Deux Soeurs

Le réalisateur a pris le soin de truffer son film d'indices et d'indiquer dès le début que Su-Mi est bel et bien seule à rentrer à la maison, que sa sœur Su-Yeon est morte, et que tout ce que le spectateur va voir après l'arrivée de Su-Mi à la maison est en fait le fruit de son esprit perturbé. Ainsi, si on fait attention, on ne voit personne dans le rétroviseur dans la voiture, on ne voit pas les pieds de Su-Yeon dans l'eau ni son reflet.
Au moment où Su-Mi sort de la voiture, le récit des souvenirs commence. Su-Mi revit les évènements qui ont mené à la mort de sa sœur et de sa mère. Elle tente de répondre à la question que lui a posé son psychiatre : "Souhaites-tu parler de ce jour là ? Peux-tu me dire ce qui s'est passé ? Tu dois t'en souvenir, je suis sûr que c'est toujours en toi "
Remarquons que Su-Mi est vêtue de la même manière dans la première scène et dans la dernière scène du film, ce qui signifie donc qu'il s'agit donc bien de divers souvenirs qu'elle a interprété. Tout ce que l'on voit à l'écran est le travail d'introspection de Su-Mi.

La question de la mort de la mère de Su-mi et de Su-yeon est difficile à élucider.
Que sait-on de la mère ? Apparemment, elle est tellement malade qu'elle a besoin d'une aide médicale à domicile. Eun-Joo, l'infirmière qui vient l'aider fricote avec le mari de sa patiente. C'est ce que l'on voit dans l'une des dernières scènes du film lorsque Eun-Joo et Mu-hyun descendent très complices de la voiture.
Comment la mère de Su-mi et de Su-yeon est-elle morte ?
Lorsque Su-yeon ouvre le placard de sa chambre et voit sa mère morte à l'intérieur, l'on remarque deux éléments : la bave qui coule de sa bouche et la corde autour de son cou.
Suicide par overdose médicamenteuse ou suicide par pendaison ?
Est-elle allée toute seule dans le placard ou l'a t-on placé là ? A-t-elle ingéré seule ou contrainte et forcée ces médicaments ?
Le suicide de la mère semble davantage probable que son meurtre. Qui aurait eu intérêt à assassiner la mère de famille ? Eun-Joo qui veut lui prendre son mari. Or, Eun-Joo paraît surprise lorsqu'elle rentre dans la chambre de Su-yeon et constate les dégâts. Il semblerait donc qu'elle ne soit pour rien dans la mort de la mère. En revanche, sa présence dans la maison et les relations qu'elle entretient avec le père des deux filles ont pu conduire la mère à se suicider. Dans ce sens, elle a sa part de responsabilité dans la mort de la mère de famille. Cependant, une phrase peut faire douter le spectateur et lui permettre d'opter pour une différente interprétation : "Un jour, tu regretteras cet instant.", dit Eun-Joo lorsqu'elle croise Su-Mi dans le couloir. Paroles anodines ? Paroles froides et calculées ?

Deux Soeurs

Y-a-t-il vraiment la mère dans le placard ? A première vue, c'est le cas.
L'on peut cependant imaginer que Su-yeon, encore jeune et fragile a été traumatisée par la mère de sa mère survenue alors quelques temps auparavant. Lorsqu'elle entend la porte du placard qui s'ouvre, elle a peut être peur de trouver le fantôme de sa mère.
Prise d'une hallucination suite à un choc émotionnel, elle pense voir sa mère pendue et essaie de la sortir du placard. Tirant de toutes ses forces sur le cadavre, le placard s'écroule alors sur la pauvre Su-yeon.
L'on peut aussi admettre que la mère est bel et bien dans le placard. Dans ce cas précis, étudions la réaction de Su-mi et de Eun-Joo lorsqu'elles entendent chacune de leur côté le bruit assourdissant du placard qui s'écroule sur le sol et sur Su-yeon.
Eun-Joo, qui se trouve dans la salle à manger monte à l'étage voir ce qui se passe.
Su-mi, qui se trouve dans sa chambre, juxtaposée à celle de sa sœur, entend le bruit mais ne réagit pas vraiment. Elle sort ensuite de sa chambre non pas pour aller voir d'où provient le bruit et si sa sœur va bien mais pour barrer la route à Eun-Joo, qui vient de voir ce qui s'est passé dans la chambre de Su-yeon, et qui retourne sur ses pas pour aller l'aider.
La réaction de Su-mi semble assez étrange. Est-elle au courant de ce qui s'est passé dans la chambre de sa sœur ? Sait-elle que sa mère a décidé de mettre fin à ses jours dans le placard de Su-yeon ? Tout cela est possible. Peut être l'a-t-elle même aidé.
Après avoir échangé quelques mots assez durs avec Su-mi, Eun-Joo décide de ne pas revenir aider Su-yeon, la laissant ainsi agoniser. Est-ce une manière de punir Su-mi pour son mauvais comportement ?
Peu importe les motivations qui ont poussé Eun-Joo a laissé Su-yeon à son triste sort, la "marâtre" a son degré de responsabilité dans la mort de la jeune fille.
Si Su-mi sombre dans la folie tout au long du film, c'est parce qu'elle porte en elle le poids trop lourd des remords. Est-ce une indication servant à nous montrer que Su-mi a peut être elle aussi une part de responsabilité dans la mort de sa sœur ?

Le degré de responsabilité de Su-mi dans la mort dans sa mère et de sa sœur peut être prouvé grâce à quelques éléments du film.
Comme nous l'avons déjà expliqué, Su-mi campe le rôle de Eun-Joo et de Su-Yeon dans les scènes qu'elle imagine. Ainsi, lorsqu'elle retourne à la maison, elle est confrontée au fantôme effrayant de sa mère.
Voici un autre exemple : lors de la scène du dîner où Su-mi s'imagine être dans la peau de Eun-Joo, le fantôme de Su-yeon lui apparaît et l'effraie.
Si les fantômes se manifestent véritablement à Su-mi, c'est qu'ils ont des comptes à régler avec elle. Ceci prouverait donc le degré de responsabilité de Su-mi dans la mort de sa mère et de sa sœur.
C'est le poids de cette culpabilité qui, rappelons le, conduit Su-mi à l'état de folie dans lequel elle se trouve.

Deux Soeurs

Dès son arrivée dans la maison, Su-mi se prend pour Eun-Joo et pour Su-yeon.
Ainsi, lors du premier repas après l'arrivée à la maison, lorsque le père donne des comprimés à Eun-Joo, c'est en fait à Su-mi qui les donne. En effet, Eun-Joo n'est même pas présente dans la maison à ce moment-là. Il n'y a que Su-mi et son père.
Toujours dans cette optique, lorsque Eun Joo est couchée dans le lit, Mu-hyun mal à l'aise sort du lit. Pourquoi ? Parce que ce n'est pas Eun-Joo qui est allongée là mais Su-mi.
Le père est d'ailleurs tellement désemparé face à la schizophrénie de sa fille qu'il fait venir la vraie Eun-Joo à la maison. Lorsque Su-mi se prenant pour Eun-Joo se retrouve face à la vraie Eun-Joo, elle réalise toute la dimension de sa folie.
Quelques scènes auparavant, il nous avait été révélé que Su-yeon est bel et bien morte et que la Su-yeon qui se trouve à côté de Su-mi n'est que le fruit de son imagination.

Pourquoi Su-mi s'identifie-t-elle autant à Eun-Joo ? Su-mi culpabilise depuis la mort de sa mère et de sa sœur. Afin de déculpabiliser, Su-mi rejette sa responsabilité sur Eun-Joo qui n'est responsable que d'une chose : d'être entrée dans la famille, d'avoir évincé la mère de famille et de l'avoir en ce sens poussé au suicide.
Pourquoi Su-mi campe-t-elle aussi le rôle de Su-yeon ? En imaginant Su-yeon, Su-mi refait vivre sa mort et nie sa mort.

Su-mi rend donc Eun-Joo plus cruelle qu'elle l'est en réalité et met en scène sa sœur en danger afin de la sauver et réparer son erreur passée.
Su-mi imagine donc que Eun-Joo, avec un plaisir sadique, enferme Su-yeon dans le placard. Enfermer quelqu'un dans un placard est déjà un acte méchant en soi. Ici, il l'est davantage car le placard représente la mort de Su-yeon et la mort de la mère.

Deux Soeurs

Lors de la scène du dîner où Su-mi se prenant pour Eun-Joo a invité Mi-hee et son mari, un évènement étrange se produit. Mi-hee a une violente crise. Pourquoi ? La folie de Su-mi est surprenante. Elle devient véritablement Eun-Joo et va même jusqu'à raconter des anecdotes concernant en fait les deux sœurs. Lorsque Mi-hee est à terre, elle voit le fantôme sous l'évier, ce qu'elle racontera d'ailleurs plus tard à son mari sur le chemin du retour. Ce fantôme est en fait un mélange de Su-yeon et de sa mère. En effet, le fantôme porte la robe verte de Su-yeon et aborde de longs cheveux comme ceux que portaient la mère.
Lorsque Eun-Joo, qui se trouve en fait être Su-mi, voit Mi-hee à terre prise de convulsions, elle se met à hurler. Pourquoi ? La crise de Mi-hee rappelle à Su-mi la mort de sa sœur.

Kim Jee-woon utilise la symbolique des mains pour représenter la responsabilité.
C'est pour cette raison que les mains ensanglantées sont nombreuses dans le film.
Le réalisateur met littéralement en scène l'expression "avoir du sang sur les mains", ce qui signifie être responsable.
Su-mi descend boire de l'eau dans la cuisine lorsqu'elle sent une étrange odeur. Son regard se pose alors sur un paquet emballé qui contient du poisson. En déballant le paquet, du sang se retrouve sur les mains de Su-mi.
Lors du violent affrontement entre Su-mi et elle-même sous la forme de Eun-Joo, elle plante des ciseaux dans la main de Eun-Joo. Plus tard, son père la retrouve avec du sang sur les mains.
Rongée par la culpabilité, plongée dans la folie, portant une blessure trop douloureuse pour elle, Su-Mi n'est pas sauvée à la fin du film. Elle nous a raconté sa terrible histoire mais son cœur n'est pas soulagé pour autant. L'état mental de Su-Mi n'a pas évolué. Elle continue à avoir mal et c'est bien là que réside le véritable drame. L'on ne peut pas changer ce qui s'est passé et Su-Mi ne guérira probablement jamais. Malgré sa folie, le personnage se sent proche de Su-Mi. L'on ne peut pas lui reprocher sa folie. Su-Mi est avant tout une victime.
Pliant sous le poids de la culpabilité et de la douleur, Su-Mi va raconter des évènements qu'elle a vécu et les déformer selon sa réalité à elle. Ainsi, elle met en scène une belle-mère particulièrement méchante et cruelle. De retour chez elle, elle va mettre en scène des scènes traumatisantes permettant aux spectateurs de cibler la nature de son trouble mental.
Su-Mi va jusqu'à incarner le personnage de sa sœur Su-Yeon pour ne pas accepter sa mort et la faire vivre à travers elle.
Afin de déformer la réalité, elle va aussi incarner le personnage de la belle-mère, qui apparaît alors comme une voleuse de père et de mari.

Deux Soeurs

En plus d'une mise en scène intelligente et subtile, le film repose aussi sur les interprétations extraordinaires des acteurs.
Im Soo-Jung, qui interprète Su-Mi est tout simplement magnifique. Passant d'une émotion à l'autre avec une facilité déconcertante, la jeune actrice parvient à nous faire ressentir son amour profond et sincère pour sa sœur et sa mère, sa haine pour sa belle-mère et son ressentiment pour son père. Investie par son rôle, elle rend sa folie crédible.
La jeune Moon Geun-Young n'a pas non plus un rôle facile. Quasiment muette, elle joue sur la fragilité de son personnage.
Enfin, Yeom Jeong-A est intrigante à souhait dans le rôle de Eun-Joo la belle mère. Jouant sur la raideur de son visage, elle est terrifiante dans les scènes où sa méchanceté explose.
Personnage obligée de contenir ses émotions, Yeom Jeong-A parvient à faire ressentir cette tension qui secoue son personnage.

Film hybride, à mi-chemin entre l'horreur et le drame familial, Deux sœurs est un film exceptionnel tant les thèmes explorés sont nombreux. Le réalisateur manipule l'image, ce matériel qui d'un seul coup d'œil semble faire jaillir toute la vérité. Peu importe les fantômes, c'est le thème de la culpabilité qui semble dominer tout le film, car c'est, il semblerait, à partir de ce sentiment que tout le film se développe. Les agissements d'une jeune détruite par la connaissance prématurée de la mort sont à la fois passionnants à suivre et effroyables. La mort hante le monde dans lequel nous évoluons, et nous sommes tous en proie à souffrir autant que Su-Mi et à sombrer dans la folie la plus profonde et à faire resurgir les fantômes du passé qui parfois peuvent être notre présent. Intemporel et universel, Deux Sœurs est un grand film qui ne peut pas laisser indifférent.

Deux Soeurs

Erin

 
 
 

Photos du film :