Brigitte Bardot

 

Citation :

 
 
L'essentiel Biographie Filmographie

Née le 28 septembre 1934 à Paris, Brigitte Anne-Marie Bardot fut sans aucun doute l'actrice française la plus connue dans le monde dans les années 1950 et 1960. Passionnée très jeune pour la danse classique, elle intègre en 1949 le conservatoire de Paris. La même année, elle est engagée par la directrice du magazine Elle dont elle fait alors la couverture. Elle se tourne vers la comédie et suit des leçons chez René Simon, ses parents s'opposent à ce qu'elle devienne actrice mais sous l'insistence de son grand père ils lui laissent tenter sa chance, elle se présente alors au casting d'un film de Marc Allégret qui ne se fera finalement pas et y rencontre son futur mari Roger Vadim ( ils se marieront en 1952 à ses 18 ans ), l'assistant d'Allégret. Elle apparaît pour la première fois à l'écran aux côtés de Bourvil dans Le trou Normand de Jean Boyer en 1952. En 1953, Anatole Litvak lui offre un petit rôle dans Un acte d'amour avec Kirk Douglas tandis que Sacha Guitry lui propose de jouer Mademoiselle de Rosille, dans Si Versailles m'était conté... aux côtés de Jean Marais. Elle apparaît aux côtés de Gérard Philippe et Michèle Morgan dans Les Grandes manœuvres de René Clair, préférant "un petit rôle dans un très bon film [à] un grand rôle dans un mauvais film". Elle obtient la consécration et devient un sex-symbol international pour son rôle dans Et Dieu... créa la femme de Roger Vadim en 1956 et fait aussi sensation au Festival de Cannes où elle éclipse toutes les grandes stars, tant elle est sollicitée par les photographes. On la retrouve en 1957 dans Une Parisienne de Michel Boisrond aux côtés de Henri Vidal et Charles Boyer et est présente au Festival de Venise l'année suivante avec En cas de Malheur de Claude Autant-Lara avec pour partenaire Jean Gabin. En 1960, malgré l'interdiction de son mari, elle tourna pour Henri-Georges Clouzot dans La Vérité, le tournage fut éprouvant, le réalisateur n'hésitant pas à la gifler pour qu'elle pleure. Le film est considéré par beaucoup comme son chef d'œuvre. Après une tentative de suicide le jour de son anniversaire en 1960, elle s'engage en 1962 pour la cause animale en militant pour le pistolet d'abattage indolore dans les abattoirs. Après avoir interpréter du Gainsbourg à la télévision, Jean-Luc Godard l'engage dans Le Mépris en 1963. Elle donne la réplique à Jeanne Moreau l'année suivante dans Viva Maria! de Louis Malle, il n'était pas facile pour elle qu'on la compare à un monstre sacré du cinéma comme Jeanne Moreau. Le film est un immense succès et la critique est unanime quant à la performance de Brigitte Bardot, n'hésitant pas à faire remarquer que celle ci volait la vedette à sa collègue. En 1968 elle enregistre un album avec Serge Gainsbourg et des tubes comme Harley-Davidson ou Bonnie and Clyde puis reprend sa carrière au cinéma pour Shalako qui se l'un des plus mauvais films de sa carrière. On la retrouve en 1970 dans L'Ours et la Poupée de Michel Deville et en 1971 dans Les Pétroleuses de Christian-Jaque aux côtés de Claudia Cardinale. Elle achève sa carrière aux côtés du débutant Francis Huster dans L'histoire très bonne et très joyeuse de Colinot trousse-chemise en 1973.

Bibliographie :