Danielle Darrieux

 

Citation :

"Quelle sublime comédienne, me disait Max Ophüls, regardez ce tendre mouvement de l'épaule ! Regardez ses yeux mi-fermés ! Et ce sourire… oui, son sourire qui ne sourit pas, mais qui pleure ! Ou qui fait pleurer… J’adore travailler avec elle ! Elle sait parfaitement s’imbiber de mes conceptions, comme une idéale éponge intellectuelle, pour les faire égoutter ou, s’il faut, les déverser dans les scènes à jouer, avec une précision de mathématicien… Je l'adore !"
Georges Annenkov ( costumier de Madame de ... )
 
 
L'essentiel Biographie Filmographie

Née le 1er mai 1917 à Bordeaux, Danielle Yvonne Marie Antoinette Darrieux a traversé huit décennies du cinéma. Après de brèves études au conservatoire de musique où elle joue du violoncelle, elle obtiendra son premier rôle pour le film Le bal à l'âge de 14 ans et décroche après avoir séduit les producteurs un contrat de 5 ans. En 1934 elle rencontre Henri Decoin, elle deviendra sa muse et sa femme l'année suivante. Elle disait " C'est à lui que je dois d'être ce que je suis devenue". Il lui taille des rôles sur mesure et enchaine des comédies à succès au point qu'on la surnommera "la fiancée de Paris". Au coté de Charles Boyer dans Mayerling, elle connaitra un succès mondial et peut ainsi conquérir Hollywood. Elle y signe un contrat de 7 ans mais très vite Paris lui manque et elle casse son contrat pour retourner en France. Pendant la guerre, sans savoir ce que représente la Continental, elle jouera dans Premier rendez-vous pour la compagnie. Elle se remarie un an après son divorce avec Rubirosa en 1942, celui ci sera accusé d'espionnage et sera interné en Allemagne, dès lors suite à des pressions de Greven, le directeur de la Continental, elle sera obligée de tourner deux autres films et d'en faire la promotion en Allemagne en échange de quoi elle pourra voir son mari. Heureusement Decoin s'occupera de son dossier auprès du comité d'épuration à la libération et elle pu ainsi retourner. On la verra à Hollywood notamment dans L'Affaire Cicéron de Mankiewicz avec James Mason ou dans Alexandre le Grand de Robert Rossen mais surtout dans La vérité sur Bébé Donge de Decoin avec Gabin où elle a un personnage complexe à double face, très loin de ses rôles sentimentaux qu'elle n'apprécie plus. Elle est au sommet de sa gloire quand Max Ophuls fait d'elle son égérie, elle tournera trois films avec lui, La ronde, Le plaisir et Madame de ... qui reste son plus grand chef d'œuvre. Elle est, dès lors, admirée par tous et tous les cinéastes voudront tourner avec elle, Autant-Lara dans Le rouge et le noir, Guitry dans Napoléon, Verneuil dans Les lions sont lâchés, Oury dans Le crime ne paie pas, Chabrol dans Landru, Demy dans Les demoiselles de Rochefort, Téchiné dans Le lieu du crime etc... A partir des années 70, elle partagera sa carrière entre le théâtre, la télévision et le cinéma, allant même à Broadway pour reprendre le rôle de Coco Chanel que jouait avant elle Audrey Hepburn. Même si elle tourne moins à partir des années 90, on la voit encore régulièrement comme dans 8 femmes ou pour faire le doublage de Persepolis.

Bibliographie :

Danielle Darrieux ( par elle même ) - Danielle Darrieux