Isabelle Carre

 

Citation :

"J’ai presque autant de plaisir à être spectatrice. J’ai une passion pour le lieu qu’est le théâtre, pour le plaisir de s’asseoir dans un fauteuil et d’attendre qu’il se passe quelque chose."
Isabelle Carré
 
 
L'essentiel Biographie Filmographie

Née le 28 mai 1971 dans le 12ème à Paris, Isabelle Carré quitte ses parents à l’âge de 15 ans pour vivre seule afin d'entamer en toute liberté une carrière de danseuse. Mais la vie en décide autrement : elle abandonne les classes de danse pour finalement s'essayer au théâtre. Après le Cours Florent, elle intègre l'Ecole Nationale Supérieure des Arts du Théâtre puis complète sa formation au Studio Pygmalion, jusqu'en 1990.Entre-temps, outre une figuration dans la comédie "Paulette", elle débute vraiment au cinéma en 1988, sous l'égide de Coline Serreau, dans un petit rôle d'adolescente (la fille de Daniel Auteuil) à l'affiche de "Romuald et Juliette". Elle rentre par la suite au Conservatoire, dont elle ressort avec un profil plutôt formé vers le classique. Et en effet, Isabelle Carré sera particulièrement excellente dans des pièces de Musset telles que "Il ne faut jurer de rien" ou "On ne badine pas avec l'amour", toutes deux mises en scène par Jean-Pierre Vincent. On la retrouve également dans "L'école des femmes", dans une mise en scène de Jean-Luc Boutté, dans "Le mal court", d'Audiberti, sous la direction de Pierre Franck, mais aussi dans "Dostoïevski va à la plage", de Marco Antonio de la Parra et "Le père humilié", de Paul Claudel. Au cinéma, Isabelle Carré tient pour la première fois le haut de l'affiche de "Beau fixe", deuxième film de Christian Vincent, où elle incarnait une des quatre jeunes filles en fleur parties en week-end studieux dans une maison de campagne. Jeune préceptrice dans "Le hussard sur le toit", elle redonnera dans le film à costumes pour son apparition dans "Beaumarchais l'insolent" et, plus tard, dans "Les enfants du siècle" en Aimée d'Alton. En 2003, c’est la consécration pour elle, puisqu’elle reçois le César de la meilleur actrice pour le premier long métrage de Zabou Breitman « Se souvenir des belles choses », où elle joue le rôle d’une jeune femme atteinte de la maladie d’Alzheimer , et partage l’affiche avec Pascal Campan. Depuis, Isabelle Carré enchaîne les rôles, abordant tous les genres cinématographiques avec succès. Passant d'un rôle à l'autre avec un talent rare, Isabelle Carré est une actrice renommée, dont la présence est souvent gage de qualité. A côté de son travail d'actrice, Isabelle Carré s'investit dans l'association humanitaire "La Chaîne de l'espoir", dont elle est marraine.

Bibliographie :