Charlotte Rampling

 

Citation :

 
 
L'essentiel Biographie Filmographie

Née le 5 février 1946 à Sturmer dans l'Essex, Charlotte Rampling est une actrice britannique. Charlotte Rampling s'installer à Fontainebleau à l'âge de 9 ans où elle apprend le français. De retour en Angleterre, elle joue dans des spectacles de music-hall, puis devient mannequin avant de suivre une formation à la Royal Court School. Elle débute au cinéma, tout en suivant ses cours d'art dramatique, dans le film Le Knack... et comment l'avoir de Richard Lester en 1964 puis enchaine avec quelques petites comédies. Après le décès de sa soeur, elle décide de partir s'installer en Italie où elle rencontre Luchino Visconti. Celui-ci lui offre un rôle dans Les Damnés en 1969. Elle enchaine avec Dommage qu'elle soit une putain de Giuseppe Patroni Griff en 1971, Les Six femmes d'Henry VIII de Waris Hussein en 1972 ou Zardoz de John Boorman en 1974. La même année que ce dernier film, elle se fait remarquer par le grand public avec le film choc Portier de nuit de Liliana Cavani où elle incarne une rescapée d'un camps nazi qui entretient une relation étrange avec son ex-bourreau. Charlotte Rampling n'hésite pas à interpréter des rôles complexes comme dans La chair de l’orchidée de Patrice Chéreau, Adieu ma jolie de Dick Richard et Max mon amour de Nagisa Oshima. Dans les années 1980, Charlotte Rampling arrive aux Etats-Unis où elle tourne coup sur coup Stardust Memories de Woody Allen, Angel Heart de Alan Parker ( réalisateur britannique ) et Le Verdict de Sidney Lumet où elle joue une femme fatale aux côtés de Paul Newman. Francophile, Charlotte Rampling tourne dans de nombreux films français comme Un taxi mauve d'Yves Boisset en 1977 ou Vive la vie de Claude Lelouch en 1984. Dans les années 2000, elle joue à deux reprises pour François Ozon, dans Sous le sable en 2000 et dans Swimming pool en 2003, obtenant pour chacune de ces interprétations une nomination aux Césars. En 2001, alors que sa carrière connait une embellie, un César d'honneur viendra récompenser l'ensemble de sa carrière. Elle est très présente devant la caméra avec Embrassez qui vous voudrez de Michel Blanc en 2002, Lemming de Dominik Moll en 2005, The Duchess de Saul Dibb en 2008, Le Bal des actrices de Maïwenn en 2009, Melancholia de Lars von Trier en 2011, Bruegel, le moulin et la croix de Lech Majewski ou Jeune et Jolie de François Ozon en 2013.

Bibliographie :