Lana Turner

 

Citation :

"Un homme qui a réussi est un homme qui gagne plus d'argent que sa femme n'en dépense. Et une femme qui a réussi est une femme qui a trouvé un tel homme."
Lana Turner
 
 
L'essentiel Biographie Filmographie

Née le 8 février 1920 à Wallace dans l'Idaho (USA), Lana Turner débute en faisant de la figuration dans Une étoile est née (1937). Dans La ville gronde (1937), Lana obtient son premier rôle au cinéma. Les producteurs comprennent qu'elle a tout pour être la nouvelle Jean Harlow. Alors, après avoir tourné dans l'Amour frappe André Hardy (1938) aux côtés de Mickey Rooney et Judy Garland, et après avoir participé à des films de série B, Lana explose dans La danseuse des folies Ziegfeld. Elle enchaine les films : Dr. Jekyll et Mr. Hyde (1941), Johnny roi des gangsters (1942) ou encore Week-end au Waldorf (1945). Elle joue plusieurs fois aux côtés de l'acteur Clark Gable : Franc jeu (1941), Je te retrouverai (1942) ou bien Le retour (1948). Pendant la Seconde Guerre Mondiale, Lana était une des pin-up les plus populaires des soldats et participait aux divertissements qui permettaient de remonter le moral aux troupes. Elle est très connue pour son rôle de femme fatale dans Le facteur sonne toujours deux fois (1946). En 1947, on la voit dans Le pays du dauphin vert, la même année elle tourne aux côtés de Spencer Tracy dans Eternel tourment. En 1948, elle interprète Milady de Winter dans Les trois mousquetaires, avec Gene Kelly. En 1953, elle joue avec Kirk Douglas dans Les ensorcelés de Vincente Minnelli. Le film est un véritable succès et remporte cinq oscars. Elle continue d'enchainer les tournages : Le fils prodigue (1955), La mousson (1955) ou bien Diane de Poitiers (1956). En 1957, elle est nominée aux Oscars dans la catégorie meilleure actrice dans un second rôle pour Les plaisirs de l'enfer. On la voit dans le Mirage de la vie (1959) de Douglas Sirk ou encore Madame X (1966). Elle terminera sa carrière au début des années 1990. Lana Turner décède d'un cancer de la gorge le 29 juin 1995.

Bibliographie :