Laurent Terzieff

 

Citation :

 
 
L'essentiel Biographie Filmographie

Né le 27 juin 1935 à Toulouse, Laurent Terzieff est un acteur français réputé pour son fort engagement politique, il signa en 1960 le manifeste des 121 contre la Guerre d'Algérie et en 2002 la pétition "Pas en notre nom" contre la Guerre d'Irak. A l'âge de neuf ans, ils est marqué par le spectacle des bombardements et doit quitter la Russie pour rejoindre la France. Il débute sa carrière sur les planches en 1953 au Théâtre de Babylone de Jean-Marie Serreau dans Tous contre tous d'Adamov. Marcel Carné lui offre un des rôles principaux dans Les Tricheurs, portrait de la jeunesse des années 1950, en 1958. Le jeune public s'identifie à son personnage et le film le rend célèbre. 1961 sera une année phare pour Laurent Terzieff, il rencontre l'actrice Pascale de Boysson qui sera sa compagne et avec qui il fondera la "compagnine de Laurent Terzieff" et joue dans le film de Claude Autant-Lara : Tu ne tueras point. Il avait déjà tourné deux fois pour le réalisateur en 1960 dans Les Régates de San Francisco et dans Le Bois des amants. On le remarque en ce début de décennie dans Vanina Vanini de Roberto Rossellini en 1961 ou dans Les Culottes rouges d'Alex Joffé en 1962. La décennie se terminera aussi bien qu'elle a commencé avec des films comme La Prisonnière d'Henri-Georges Clouzot, La Voie lactée de Luis Bunuel ou Médée et Ostia, tous deux de Pier Paolo Pasolini. Terzieff va travailler avec des metteurs en scènes relevant du cinéma d'art et d'essaie comme Philippe Garrel qui le dirigera quatre fois dont Le Révélateur en 1968 et Les Hautes Solitudes en 1974 et Jean-Luc Godard avec Détective en 1985. A partir des années 1980, on le voit moins sur le grand écran, on le remarque quand même dans Germinal de Claude Berri en 1993, Mon petit doigt m'a dit... de Pascal Thomas en 2005 ou J'ai toujours rêvé d'être un gangster de Samuel Benchetrit en 2008. A côté de sa carrière au cinéma, il n'a jamais oublié le théâtre, ainsi il remporte le Molière du comédien en 2010 pour ses rôles dans L'Habilleur et Philoctète. Il avait déjà remporté deux Molières du metteur en scène, en 1988 pour Ce que voit Fox et en 1993 pour Temps contre temps. Il décède le 2 juillet 2010 à peine deux mois après sa dernière consécration.

Bibliographie :