Le Giallo

I. Les origines du giallo

La fille qui en savait trop de Mario BavaLe giallo trouve ses origines dans la littérature policière. En Italie, les éditions Mondadori ont choisi la couleur jaune (giallo en italien) pour la couverture des romans policiers.
A la fin des années 1960 et au début des années 1970 , l'Italie traverse une période d'instabilité politique et de violence quotidienne que l'on appellera les années de plomb. C'est dans ce contexte violent que le giallo fait son apparition sur les écrans de cinéma en 1963 avec La fille qui en savait trop de Mario Bava, dont le titre rend hommage à Alfred Hitchcock. Ce titre n'est pas anodin dans le sens où les maîtres du giallo ont été influencés par les films d'Hitchcock. On retrouve dans les gialli plusieurs éléments rappelant les films du maître du suspense : les fausses pistes menant au faux coupable, la manipulation des personnages et des spectateurs, l'intrigue basée du le whodunit (qui l'a fait?).
Le giallo n'est pas seulement connu pour ses intrigues policières et ses histoires violentes, il est aussi connu pour son aspect érotique qui s'explique par le contexte social de l'époque. En effet, le 1er Décembre 1970, le divorce est enfin légalisé en Italie dans un contexte de libération sexuelle.

 

 

 

II. Caractéristiques

1. Une enquête

Le giallo réunit tous les ingrédients du film policier et prend la forme d'un whodunit c'est à dire du récit à énigmes. Grâce à des indices, il faut alors démasquer l'assassin qui tue ses victimes avec une arme blanche. En général, la construction des gialli propose de nombreuses fausses pistes et des indices pouvant être mal interprétés. Potentiellement, tous les personnages sont suspects, y compris ceux que l'on a vu que furtivement ou qui ne semblent pas avoir de grande importance d'un point de vue narratif. A cet égard, nous retiendrons une citation tirée du roman Le chien des Baskerville d'Arthur Conan Doyle et utilisée dans Ténèbres de Dario Argento «Lorsque vous avez éliminé l'impossible, ce qui reste, si improbable soit-il, est nécessairement la vérité ».
Le mobile du crime ne réside pas uniquement dans la folie mais peut être relativement rationnel.

2. Un héros ordinaire

La plupart des héros des gialli sont des hommes ordinaires : journaliste, pianiste,
Ce sont en général des hommes séduisants qui se trouvent confrontés à une histoire de meurtre par hasard. Ils sont très souvent témoins d'un meurtre et leur survie dépend de leur capacité à résoudre les différentes énigmes permettant de démasquer l'assassin. C'est le cas de Nora Davis dans La fille qui en savait trop de Mario Bava (1963), de Sam Dalmas dans L'oiseau au plumage de cristal (1970) , de Marcus Daly dans Les Frissons de l'angoisse (1975), tous deux signés par Dario Argento.

Sam Dalmas est témoin d’une tentative de meurtre dans L’oiseau au plumage de cristal de Dario Argento.
Sam Dalmas est témoin d’une tentative de meurtre dans L’oiseau au plumage de cristal de Dario Argento.

 Les héros des gialli sont également souvent amenés à explorer des lieux isolés, souvent abandonnés. En effet, Carlo Giordani et Franco Arno explorent un cimetière et un caveau dans Le chat à neuf queues, Marcus Daly explore une villa abandonnée où s'est déroulée un meurtre dans Les Frissons de l'angoisse, Jennifer Corvino explore la maison de l'assassin dans Phenomena.

3. Les victimes

Exemple de mise en scène : Suspiria de Dario Argento
Exemple de mise en scène : Suspiria de Dario Argento

Les victimes sont des femmes aussi belles qu'innocentes. Les réalisateurs ont d'ailleurs pris un malin plaisir à mettre toutes ces femmes dans des situations de faiblesse. Ainsi, elles se font toujours attaquées chez elle, lorsqu'elles sont en train de dormir, de se laver et etc ….
Elles sont souvent légèrement vêtues et leur combat contre leur assaillant permet généralement de dévoiler des parties intimes. Enfin, les réalisateurs ont filmé la mort de ces femmes en mélangeant effroi et extase.

4. Les meurtres

L'arme blanche est l'arme de prédilection des meurtriers dans les gialli car c'est à la fois une arme qui inflige des blessures douloureuses et une arme ayant une puissante symbolique phallique. A elle seule, elle résume le giallo : horreur et érotisme.
Les réalisateurs ont attaché beaucoup d'importance à la mise en scène des meurtres en les stylisant au maximum et en installant une sorte de rituel. En effet, on remarque que les meurtres se déroulent toujours de la même façon. Tout d'abord, on découvre la future victime évoluant dans son espace de vie. Puis, elle prend connaissance de la présence d'un intrus dans cet espace soit par le biais du son soit par le biais de la vue, ce qui crée nécessairement du suspense. Enfin, la victime est confrontée à son meurtrier.
Les réalisateurs ont également utilisé une musique assourdissante ainsi qu'une palette de lumières et de couleurs pour mettre en scène les meurtres qui perdent de leur dimension réaliste au profit d'une  dimension artistique.

5. L'assassin

Les mains de l’assassin dans Torso de Sergio Martino L'assassin n'est révélé qu'à la fin du film. Néanmoins, il apparaît tout au long du film et laisse deviner à chaque apparition une différente partie de son corps. A la manière d'un puzzle à reconstituer, le spectateur découvre d'abord les différentes parties du corps du tueur : une main, une bouche, des yeux et etc ….. Puis, il découvre une silhouette. Dans tous les cas, le tueur est toujours revêtu d'un imperméable, d'un chapeau et de gants. En arborant toujours le même style, l'assassin n'est pas perçu comme un personnage en lui-même, du moins jusqu'à la révélation finale de son identité, mais comme une entité diabolique dont le but de faire du mal et sur laquelle le spectateur peut librement projeter ses peurs.

 

 

 

6. Des thématiques récurrentes

Des thématiques telles que l'enfance, l'irruption du fantastique dans la réalité, la folie et l'érotisme sont récurrentes dans le giallo.

  • L'enfance

Dans les gialli, l'enfant peut être soit un être innocent qui va subir la folie et la violence des adultes. C'est ce que nous voyons dans Folie meurtrière de, Le chat à neuf queues et Trauma d'Argento, L'Eventreur de New York de Lucio Fulci.

Asia Argento dans Trauma
Asia Argento dans Trauma

Les traumatismes liés à l'enfance peuvent devenir source de violence comme dans Les Frissons de l'angoisse ou Trauma. L'étrangeté inquiétante de certains comportements d'enfants ou l'utilisation de certains motifs liés à l'enfance permettent souvent de créer une atmosphère angoissante et effrayante.

  • L'érotisme
Les insatisfaites poupées érotiques du docteur Hichcock 

L'érotisme fait partie intégrante du giallo. Alors que certains réalisateurs ont joué sur l'aspect voyeuriste du genre en utilisant habilement la caméra subjective, d'autres en ont franchement abusé. C'est par exemple le cas du film au titre évocateur Les insatisfaites poupées érotiques du docteur Hichcock de Fernando Di Leo (1973).

 

 

 

 

III. Les maîtres du giallo

1. Mario Bava

Essentiellement connu pour ses chefs d'oeuvre d'horreur gothique tels que Le masque du démon (1960), Le corps et le fouet (1963) et plus tard pour L'île de l'épouvante (1970) et surtout La baie sanglante (1971), Mario Bava est le premier à réaliser un giallo en 1963 avec La fille qui en savait trop. Le titre qui évoque « L'homme qui en savait trop » réalisé en 1934, puis en 1956 par Alfred Hitchcock rend bien évidemment au maître du suspense. Avec Six femmes pour l'assassin (1964), Mario Bava passe à la couleur et établit des codes propres au giallo. Dans ses gialli, comme dans d'autres gialli par la suite, la couleur est omniprésente et permet de créer un univers distant de la réalité. Le son joue également une grande importance car le giallo joue sur le ressenti et propose une expérience sensorielle. Enfin, c'est aussi à Mario Bava que l'on doit l'esthétique de l'assassin : gants, imperméable, chapeau et parfois masque.

Six femmes pour l’assassin de Mario Bava
Six femmes pour l’assassin de Mario Bava

2. Dario Argento

Dario ArgentoDario Argento est sans aucun doute le réalisateur le plus connu du genre. Après avoir écrit des scénarii pour de nombreux réalisateurs tels que Alberto Sordi, Robert Hossein, Umberto Lenzi et etc...., Dario Argento fait une rencontre décisive à la fin des années 1960. En effet, il rencontre Sergio Leone dont il avait défendu Pour une poignée de dollars, qui l'engage avec un autre futur grand nom du cinéma Bernardo Bertolucci pour écrire Il était une fois dans l'Ouest. Le renouveau proposé par Sergio Leone décide Argento à passer à la réalisation et c'est ce qu'il fait en 1970 avec L'oiseau au plumage de cristal. De sa collaboration avec Leone, Argento gardera l'utilisation de la musique et la violence du scénario. Dès ce premier film, Argento impose son style baroque et son utilisation particulière de la musique puisque cette dernière fait partie intégrante de la narration. En effet, il collabore avec Ennio Morricone alors indissociable de Sergio Leone, qui lui compose une bande-son originale, effrayante et mystérieuse (on entend des cris de femme rappelant à la fois le jouissement et l'agonie). Le succès est au rendez-vous, si bien que le jeune réalisateur romain poursuit sa trilogie animale en réalisant en 1971 Le chat à neuf queues et Quatre mouches de velours gris en 1972. L'année suivante, il s'éloigne brièvement du genre en réalisant Cinq jours à Milan, un film plutôt historique.
Il revient au giallo en 1975 pour signer, probablement le meilleur giallo de sa carrière : Les frissons de l'angoisse. Dans Les Frissons de l'angoisse, Marcus Daly est témoin du meurtre d'Helga Ulmann, un médium réputé. Avec ce film, Argento prouve sa virtuosité à utiliser la caméra subjective, à travailler les couleurs jusqu'à leur saturation, à lier poésie et morbidité mais surtout à construire une histoire passionnante faite d'ellipses et de fausses pistes et s'apparentant à une véritable construction mentale.

Marcus Daly dans Les Frissons de l’angoisse
Marcus Daly dans Les Frissons de l’angoisse

En 1977, Argento signe un nouveau chef d'oeuvre : Suspiria, qui sera le premier volet de la trilogie des Enfers. Le film est une vraie réussite car le réalisateur romain montre une nouvelle fois sa capacité à créer un univers aussi cauchemardesque que poétique. Le film possède une esthétique baroque où les jeux sur les couleurs et la lumière contribuent à créer une ambiance onirique et inquiétante.

Exemple de la beauté esthétique de Suspiria
Exemple de la beauté esthétique de Suspiria

En 1980, il réalisé Inferno, deuxième volet de la trilogie des Enfers qu'il finira en 2007 avec La troisième mère. Argento renoue avec le giallo en 1982 avec Ténèbres, un film mettant en scène Peter Neal, un écrivain américain de séjour à Rome, qui se retrouve pris dans une série de meurtres perpétrés par un mystérieux assassin qui s'inspire des romans de l'écrivain. On retrouve de l'inspiration giallo dans Phenomena en 1985 ou Trauma (1993). Argento a su conserver son style mais s'est peu à peu lui aussi éloigné du giallo pour réaliser des films tels que Opéra (1987), Le syndrome de Stendhal (1996) ou Le fantôme de l'opéra (1998). Dans les années 2000, il renoue avec le giallo avec Le sang des innocents en 2001, Card player en 2003 et enfin Giallo en 2007.

3. Sergio Martino

Sergio Martino est une figure importante du cinéma bis italien (films de série B ou Z ayant un budget très réduit). Il est notamment connu pour le western Arizona se déchaîne (1970) ou le film de science-fiction 2019, après la chute de New York (1983). Il a contribué au giallo en signant quelques beaux films tels que L'Étrange vice de madame Wardh (1971), La Queue du scorpion (1971), Toutes les couleurs du vice (1972) et Torso (1973). Torso a acquiert un statut de film culte puisque ce dernier préfigure un autre genre : le slasher.

4. Autres réalisateurs

Le giallo est associé à quelques grands noms comme Mario Bava ou Dario Argento. De nombreux réalisateurs moins connus ont contribué au genre.

Chi l'ha vista morire?

  • Lucio Fulci

Lucio Fulci était un touche à tout. Il a travaillé sur plusieurs genres avec succès : la comédie, le western, le drame historique, le film d'aventure mais c'est dans le giallo qu'il s'illustre le plus.
Il réalise Perversion story- la machination (1969), Le Venin de la peur (1971) qui s'attaque violemment à la bourgeoisie, La Longue nuit de l’exorcisme (1972) qui met en scène un homme d'église tuant des enfants, L'Emmurée vivante (1977), L'éventreur de New York (1982). Il se fait connaître sur la scène internationale grâce à un film de zombie intitulé L'enfer des zombies (1979). Il a également signé des films d'horreur tels que L'Au-delà (1981), La maison près du cimetière (1981) ou encore Frayeurs (1980).

  • Massimo Dallamano

Nous retiendrons deux gialli de ce réalisateur : Mais … qu'avez vous fait à Solange ? (1972) et La lame infernale (1974), deux films sulfureux s'intéressant de près au thème de la sexualité.

  • Lamberto Bava

Fils de Mario Bava, Lamberto Bava a réalisé les gialli suivants : Midnight horror (1986), Delirium (1987).

  • Umberto Lenzi

Le réalisateur toscan a réalisé plusieurs gialli très érotiques tels que Si douces, si perverses (1969), Orgasmo (1969), Panaoia (1970) mais également des gialli plus classiques : Un posto ideale per uccidere (1971), Sette orchidee macchiate di rosso (1972), Il coltello di ghiaccio (1972), Spasme (1974),  Gatti rossi in un labirinto di vetro (1975).

  • Aldo Lado

Aldo Lado est connu pour deux gialli : Je suis vivant (1971) et Qui l'a vue mourir ? (1972). Ce dernier se déroule à Venise, ce qui est assez étonnant.

Mais qu'avez vous fait à Solange ?

  • Luciano Ercoli

Ce réalisateur romain est surtout connu pour avoir fait tourné Nieves Navarro, son épouse dans ses gialli : Photo interdite d'une bourgeoise (1970), Nuits d'amour et d'épouvante (1971), La mort caresse à minuit (1972), Troppo rischio per un uomo solo (1973).

IV. Déclin et héritage du giallo

Amer

Le giallo a disparu quasiment aussi vite qu'il s'était imposé. Dans son documentaire intitulé Giallo : une horreur érotique, Yannick Delhaye a cherché à expliquer la disparition du giallo. Tout d'abord, le genre a connu un véritable engouement et les réalisateurs comme le public en ont rapidement fait le tour. De plus, il note que l'arrivée des salles de cinéma pornographique a porté un coup de grâce au giallo. Les spectateurs intéressés par l'aspect érotique des films se sont tournés vers le porno alors démocratisé.
Néanmoins, le giallo n'a pas totalement disparu, il s'est plutôt transformé et a donné naissance à un genre américain apprécié : le slasher. On trouve les prémisses du genre dans les derniers gialli et notamment dans La Baie sanglante de Mario Bava (1971).

Mais qu'est ce que le slasher ? Le slasher est un sous-genre du cinéma d'horreur. En anglais, « slash » signifie « taillader ». Le mot « slasher » désigne donc la personne qui taillade les victimes avec une arme blanche. Le schéma des slasher est assez simple : un groupe de jeunes individus est attaqué par un tueur psychopathe masqué. On voit bien les points communs avec le giallo. Néanmoins, le slasher est un genre américain qui s'avère être relativement puritain quant à la sexualité des personnages. En effet, contrairement au giallo, les slashers américains ont tendance à condamné les personnages sexuellement explicites et actifs.

Enfin, notons que Hélène Cattet et Bruno Forzani ont rendu hommage au giallo dans leur film Amer réalisé en 2009.

 

 

Bibliographie :